En France

09 janvier 2020 13:38; Act: 09.01.2020 14:41 Print

L'affaire du livreur décédé à Paris prend de l'ampleur

Après l'ouverture d'une information judiciaire pour «homicide involontaire» par le parquet, le Défenseur des droits français se penche à son tour sur la mort de Cédric C.

storybild

Cédric C. avait été violemment plaqué au sol par plusieurs policiers, le 3 janvier. (photo: Capture d'écran Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Défenseur des droits a décidé de se saisir «d'office» pour se pencher sur les circonstances du décès du livreur Cédric C. après une interpellation controversée à Paris, a annoncé jeudi, à l'AFP sa porte-parole.

«Une instruction va être ouverte. On va regarder les circonstances de l'intervention et si les règles de déontologie ont été respectées», a précisé la porte-parole de cette autorité administrative indépendante, confirmant une information de RTL. Cédric C., un père de famille de 42 ans, a été victime d'un malaise cardiaque le 3 janvier, aux abords de la tour Eiffel, après avoir été plaqué au sol, casque sur la tête, par plusieurs policiers lors d'un contrôle tendu.

«Bavure policière»

Transporté dans un état critique à l'hôpital, il est mort le 5 janvier des suites d'une asphyxie «avec fracture du larynx», selon les premiers éléments de l'autopsie communiqués par le parquet de Paris qui a ouvert une information judiciaire pour «homicide involontaire».

Vidéos à l'appui, la famille de la victime a, depuis, dénoncé une «bavure policière» causée par des techniques d'interpellation «dangereuses» et réclame une requalification des faits en «violences volontaires ayant entraîné la mort», un crime passible des assises.

Respect de la déontologie

Tout en déplorant une «épouvantable tragédie», l'avocat des quatre policiers impliqués dans l'interpellation, Me Thibault de Montbrial, a défendu mercredi la «proportionnalité» de leur réaction face à un individu qui aurait «résisté» à son contrôle et fait preuve «d'agressivité». Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a appelé à ce que «toute la transparence» soit faite et a estimé que des premiers éléments de l'enquête interrogeaient «gravement».

Organe consultatif, le Défenseur des droits est notamment chargé de veiller au respect de la déontologie des personnes exerçant des fonctions de sécurité et de maintien de l'ordre sur le territoire français.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Aline le 09.01.2020 19:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas une raison de le tuer... Qui vous dit qu'il était agressif ? Il filmait c'est tout!

  • Mono le 09.01.2020 18:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les flics seront libre comme l'air et la famille sera dans la douleur jusqu'à la fin.

  • AndJusticeforAll le 09.01.2020 17:27 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont eu la main un peu lourde(pour être gentil) !

Les derniers commentaires

  • absurdie le 10.01.2020 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Croire que la France est un État de Droit en 2020 relève du dogme ou du manque de culture. Macron est encore président car il a donné carte blanche aux forces de l'ordre. Et elles se lâchent...

  • tai le 09.01.2020 22:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a cinq enfants comment vont ils grandir

  • Aline le 09.01.2020 19:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas une raison de le tuer... Qui vous dit qu'il était agressif ? Il filmait c'est tout!

  • Mono le 09.01.2020 18:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les flics seront libre comme l'air et la famille sera dans la douleur jusqu'à la fin.

  • AndJusticeforAll le 09.01.2020 17:27 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont eu la main un peu lourde(pour être gentil) !