En France

18 octobre 2019 16:34; Act: 18.10.2019 17:11 Print

Le cargo coincé en Corse a été dégagé

Un cargo s'était échoué il y a quelques jours dans une réserve naturelle de Bonifacio. Il a été remorqué et dégagé des rochers ce vendredi.

Sur ce sujet
Une faute?

Le cargo qui s'était échoué dans la nuit de samedi à dimanche, au cœur de la célèbre réserve naturelle de Bonifacio (sud), au large de l'île française de Corse, a été dégagé vendredi matin, a annoncé la préfecture maritime de Méditerranée.

L'opération, «particulièrement délicate» selon un communiqué de la préfecture maritime, s'est achevée vers midi vendredi. Dans la matinée, le navire a d'abord été sollicité «de manière très progressive» par une remorque, avant d'être complètement dégagé des rochers dans lesquels il était coincé. Il est en cours de remorquage vers la baie de Sant' Amanza, toujours à Bonifacio, selon la préfecture.

38 tonnes de carburant pompées

Le Rhodanus, qui transportait 2 650 tonnes de bobines d'acier, s'est échoué dans la réserve naturelle des Bouches de Bonifacio en dépit des appels répétés, pendant environ 50 minutes, des garde-côtes. L'accident n'a pas provoqué de pollution selon les autorités françaises.

La manœuvre de déséchouement a été validée dans la nuit de jeudi à vendredi par le préfet maritime, a indiqué à l'AFP la porte-parole de la préfecture maritime de Méditerranée, Christine Ribbes, «une fenêtre d'opportunité» météorologique ayant été identifiée entre vendredi et lundi.

La veille, le pompage des 38 tonnes de carburant avait été effectué. Après le retrait de ce dispositif de pompage et du barrage anti-pollution installé autour du navire, les plongeurs de la marine nationale ont inspecté sa coque.

Dimanche vers 3h, le bateau battant pavillon d'Antigua-et-Barbuda, avec à son bord sept membres d'équipage, devait pénétrer dans les célèbres Bouches de Bonifacio, haut lieu touristique français, mais avait poursuivi sa route vers la côte en dépit de multiples appels. Un «défaut de veille a été déterminant» dans la survenue de l'échouement du cargo, avait indiqué lundi, le ministère français de la Transition écologique.

Le commandant du navire et le chef de quart du cargo sont poursuivis notamment pour non-respect des règles d'abordage et ont été convoqués devant le tribunal maritime, le 7 février, a annoncé jeudi, le procureur de la ville de Marseille (sud-est).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.