Au Brésil

10 décembre 2019 08:38; Act: 10.12.2019 08:40 Print

Quand un venin de serpent mortel sauve des vies

Des chercheurs brésiliens extraient des gouttes de venin de serpents dangereux afin d'en faire des sérums qui sauveront des vies.

storybild

Des milliers de personnes sont mordues chaque année au Brésil. (photo: AFP/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Saisissant le serpent mortel par le cou, juste derrière les mâchoires, Fabiola de Souza masse ses glandes à venin pour en extraire quelques gouttes qui sauveront des vies au Brésil, où des milliers de personnes sont mordues chaque année.

Fabiola et ses collègues de l'Institut Butantan de Sao Paulo (sud-est) prélèvent cette toxine sur des milliers de serpents maintenus en captivité afin de produire un antivenin. Le produit est ensuite distribué par le ministère de la Santé aux dispensaires à travers le pays.

Processus à risque

Le climat en général chaud et humide du Brésil est particulièrement propice aux serpents venimeux. Il en existe des dizaines d'espèces, dont le jararaca, l'un des plus dangereux. Près de 29 000 personnes ont été mordues en 2018, et plus d'une centaine en sont mortes, selon les chiffres officiels.

Les États avec les taux de morsure les plus élevés sont ceux du bassin amazonien, où il faut parfois des heures pour rejoindre un établissement sanitaire ayant l'antivenin. Une fois par mois, le venin de chaque serpent est extrait au cours d'un processus délicat et potentiellement très dangereux. Équipée d'un crochet, Fabiola sort délicatement un des reptiles de sa boîte en plastique et le place dans un bidon rempli de dioxyde de carbone.

Pénurie d'antivenin

En quelques minutes, le serpent s'endort. «C'est moins de stress pour l'animal», explique-t-elle. Le serpent est ensuite placé sur un banc en acier dans une pièce où la température dépasse les 25 degrés. Fabiola ne dispose que de quelques minutes pour extraire le venin en toute sécurité avant que l'animal ne recommence à remuer. «Il est important d'avoir peur, car les gens qui ont peur font attention», souligne-t-elle.

Le régime des serpents est composé de souris et de rats élevés à l'institut et tués avant d'être servis une fois par mois. Après avoir extrait le venin, Fabiola pèse et mesure le serpent avant de le replacer dans sa boîte. L'antivenin est produit en injectant de petites quantités de poison à des chevaux basés dans une ferme afin de déclencher une réaction immunitaire qui produit des anticorps attaquant les toxines.

Sérum bientôt exporté

Du sang est ensuite prélevé sur les chevaux et les anticorps en sont extraits pour créer un sérum qui sera administré aux victimes de morsures. Sans cela, elles pourraient mourir. La responsable du projet de l'institut, Fan Hui Wen, indique que le site produit tous les antivenins du Brésil, soit 250 000 flacons de 10 à 15 millilitres par an. Le géant sud-américain fournit également gratuitement du sérum à plusieurs pays de la région.

À présent, l'idée est de vendre le sérum antivenin à l'étranger pour aider à contrer la pénurie mondiale, en particulier en Afrique. Quelque 5,4 millions de personnes sont mordues par des serpents chaque années, estime l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Entre 81 000 et 138 000 en meurent, et bien davantage subissent des amputations et d'autres séquelles permanentes dues à la toxine.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pétition. le 10.12.2019 11:45 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis contre les serpents venimeux ! :-)

  • Bobo énervant le 11.12.2019 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des sérums anti venin de serpent, mais il n'y pas de sérum contre le venin de certaines gens qui lancent le leur contre la Russie, tout en se donnant des noms russes. Il s'agit là d'un venin particulièrement horrible et agressif

  • Hein le 11.12.2019 08:53 Report dénoncer ce commentaire

    Rien de nouveau, cela fait des décennies que le venin des serpents est utilisé pour faire du sérum.

Les derniers commentaires

  • Bobo énervant le 11.12.2019 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des sérums anti venin de serpent, mais il n'y pas de sérum contre le venin de certaines gens qui lancent le leur contre la Russie, tout en se donnant des noms russes. Il s'agit là d'un venin particulièrement horrible et agressif

  • Hein le 11.12.2019 08:53 Report dénoncer ce commentaire

    Rien de nouveau, cela fait des décennies que le venin des serpents est utilisé pour faire du sérum.

  • Pétition. le 10.12.2019 11:45 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis contre les serpents venimeux ! :-)