Aux Pays-Bas

26 août 2019 21:50; Act: 27.08.2019 15:39 Print

Un médecin poursuivi pour une euthanasie

Un médecin néerlandais est accusé d'avoir euthanasié en 2016 une patiente de manière non conforme aux règles du processus.

storybild

Le médecin aurait ajouté un sédatif au café de la patiente et aurait demandé à sa famille de la maîtriser lorsqu'elle a commencé à se débattre. (photo: AFP/Archives / illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Un médecin néerlandais a comparu lundi dans une affaire inédite pour avoir euthanasié en 2016 une patiente de 74 ans atteinte de la maladie d'Alzheimer, qui aurait montré des signaux mitigés sur son envie de mourir, ont annoncé les procureurs. Il s'agit de la première affaire du genre aux Pays-Bas, premier pays à avoir légalisé l'euthanasie en 2002. Désormais âgé de 68 ans et à la retraite, le médecin, qui exerçait dans une maison de retraite, aurait ajouté un sédatif au café de la patiente et aurait demandé à sa famille de la maîtriser lorsqu'elle a commencé à se débattre.

Le médecin, une femme dont l'identité n'a pas été dévoilée, «fait face à l'accusation de pratiquer l'euthanasie sans respecter les règles strictes définies pour un tel processus», a déclaré auprès de l'AFP le porte-parole du ministère public, Vincent Veenman.

Demande d'euthanasie

Même si elle est reconnue coupable, elle ne devrait toutefois être condamnée à aucune peine, a précisé le ministère public. Diagnostiquée il y a quatre ans de la maladie neurodégénérative d'Alzheimer, la dame en question avait alors demandé dans une déclaration écrite à être euthanasiée plutôt que d'être placée dans une maison de retraite spécialisée, selon les procureurs.

Elle avait toutefois précisé vouloir être capable de décider (quand mourir) tant qu'elle avait «encore tous ses esprits», a rapporté la radio-télévision publique néerlandaise NOS. Un médecin spécialisé en soins gériatriques avait ensuite jugé qu'elle répondait aux conditions requises pour bénéficier d'une euthanasie. Deux médecins indépendants avaient confirmé ce diagnostic, comme requis par la loi, a précisé NOS.

Manque de discussion

Le médecin ayant effectué l'euthanasie est accusé d'avoir «supposé que la dame voulait toujours mourir sans vérifier cela avec elle». «Une question cruciale dans cette affaire est de savoir combien de temps un médecin devrait continuer à suivre un patient atteint de démence, si ce patient avait déjà demandé l'euthanasie à un stade antérieur», a déclaré la porte-parole du parquet, Sanna van der Harg.

«Le parquet estime toutefois que le médecin aurait dû avoir une discussion plus poussée avec la patiente atteinte de démence» avant de l'euthanasier, a-t-elle ajouté, précisant ne pas mettre en doute les «intentions honnêtes» du médecin.

«La loi ne donne pas de réponse claire, c'est pourquoi nous demandons maintenant un juge dans cette affaire», a affirmé Mme Van der Harg. Les juges doivent rendre leur verdict dans deux semaines.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.