Aux États-Unis

27 février 2020 10:26; Act: 27.02.2020 11:06 Print

Une fusillade dans une brasserie fait cinq morts

Une fusillade dans l'enceinte d'une célèbre brasserie de bière de Milwaukee, dans le nord des États-Unis, a fait cinq morts mercredi.

Sur ce sujet
Une faute?

Les médias locaux rapportant que le tireur était un employé tout juste licencié. Plus de 1 000 personnes se trouvaient sur les lieux en début d'après-midi lorsque le suspect, un homme de 51 ans, a ouvert le feu avant de vraisemblablement retourner son arme contre lui, a fait savoir lors d'une conférence de presse, le chef de la police de Milwaukee, Alfonso Morales.

Cinq personnes, toutes employées de l'entreprise, sont tombées sous ses balles, a précisé lors de la même conférence le maire de la plus grande ville de l'État du Wisconsin, Tom Barrett, évoquant une «tragédie inqualifiable». Le président américain Donald Trump avait été le premier, plus tôt, depuis la Maison-Blanche, à avancer un bilan.

«C'est une chose terrible

«Un horrible assassin a ouvert le feu dans l'usine de la société de brassage Molson Coors, prenant la vie de cinq personnes, en blessant d'autres, certaines gravement», avait-il déclaré. «C'est une chose terrible. Terrible. Nos pensées sont avec les habitants du Wisconsin et les familles». Les médias locaux rapportent que le tireur avait été licencié plus tôt dans la journée par la brasserie, très connue aux États-Unis pour ses marques Coors et Miller, et qu'il portait une combinaison de travail.

«Nos employés sont notre priorité numéro un», a assuré Molson Coors, dont la restructuration actuelle prévoit la suppression de 400 à 500 emplois. L'entreprise, qui a récemment déménagé son siège de Denver à Chicago, a indiqué coopérer avec les enquêteurs. La police de Milwaukee avait tweeté dans l'après-midi intervenir sur un «événement grave» et demandé au public de se tenir à distance.

Des dizaines de véhicules de secours et de nombreux policiers armés ont été dépêchés sur place, selon des images diffusées par les télévisions américaines. Plusieurs établissements scolaires aux alentours de la brasserie avaient été placés en alerte et bouclés selon le protocole en vigueur.

«La garderie a été placée en état de confinement à 14h20. Nous n'avons rien entendu, mais nous voyons deux véhicules de police par la fenêtre», avait confié à l'AFP Bre Townsend, une éducatrice d'un établissement accueillant des enfants près des lieux de la fusillade. «Nos prières vont aux familles qui ont perdu des êtres proches», a réagi sur Twitter, la cheffe démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. «Le Congrès a le devoir, pour eux, de prendre de vraies mesures pour stopper la violence par armes à feu».

«Puissions-nous trouver la force et la volonté d'agir contre la violence par armes à feu et de ne jamais accepter l'inacceptable», a déclaré de son côté Pete Buttigieg, candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de novembre. Le durcissement des lois sur les armes individuelles pourrait être l'un des thèmes de la campagne face aux fusillades à répétition dans le pays.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.