Aux États-Unis

11 juin 2019 11:55; Act: 11.06.2019 12:09 Print

Katy Perry accusée d'avoir fait mourir une nonne

La chanteuse américaine, qui souhaitait acheter un ancien couvent, est dans la ligne de mire d'une religieuse, avec laquelle elle est en guerre depuis plusieurs années.

storybild

La star de 34 ans aurait «du sang sur les mains», selon une nonne. (photo: amy Sussman)

Sur ce sujet
Une faute?

Katy Perry est dans la tourmente. Tout ça à cause d'un conflit immobilier remontant à 2015. La star américaine s'était disputée avec plusieurs religieuses parce qu'elle souhaitait acheter un ancien couvent qui appartenait à l'ordre du Cœur très Saint et Immaculé de la Bienheureuse Vierge Marie, à Los Angeles. Forcées par l'archidiocèse à déménager de ce couvent, les sœurs voulaient que le bâtiment de 30 000 m2 revienne à une certaine Dana Hollister qui projetait de le transformer en hôtel. Elles trouvaient aussi la star «trop sulfureuse» pour acquérir un tel monument religieux. Au final, Katy l'avait obtenu pour la somme de 14,5 millions de dollars.

Une action en justice avait alors été lancée contre elle et l'une des religieuses, âgée de 89 ans, Catherine Rose Holzman, est décédée durant une audience au tribunal, en mars 2018. Juste avant de mourir, elle aurait dit: «Katy Perry, s'il te plaît, arrête.» Pour Sœur Rita Callanan, l'une des nonnes, amie de la défunte, la star de 34 ans est responsable de ce décès. Interviewée par le «New York Post», la religieuse considère que Katy «a du sang sur les mains». Souffrant de divers problèmes de santé, la nonne a subi une opération de la colonne vertébrale et est actuellement hospitalisée. Cependant, malgré son état de santé, elle ne lâchera pas prise. «J'ai l'intention de me battre. Mais combien de temps je pourrai le faire, ça, je ne sais pas», confie-t-elle.

De son côté, la fiancée d'Orlando Bloom a fini par se lasser de ce couvent de style gothique. Celui-ci a été remis en vente pour la somme de 25 millions de dollars. L'artiste n'a pas encore réagi aux accusations de la religieuse.

(L'essentiel/lja)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.