Athlétisme

30 juillet 2019 22:12; Act: 31.07.2019 16:08 Print

Caster Semenya ne pourra pas aller aux Mondiaux

Le tribunal fédéral a levé la suspension «super-provisoire» du règlement sur les athlètes hyperandrogènes. La Sud-Africaine n'ira donc pas à Doha.

storybild

Caster Semenya juge le nouveau règlement «discriminatoire».

Sur ce sujet
Une faute?

La Sud-Africaine Caster Semenya ne pourra pas défendre son titre sur 800 m aux Mondiaux de Doha (27 septembre-6 octobre), le tribunal fédéral ayant décidé de lever la suspension «super-provisoire» du règlement sur les athlètes hyperandrogènes, ont annoncé les avocats de Semenya, mardi. Le TF prend cette décision en attendant de se prononcer sur l'appel de la Sud-Africaine à propos de la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) de valider le règlement de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), que Semenya juge «discriminatoire».

«Un seul juge a renversé hier la décision de la Cour suprême suisse de suspendre provisoirement le règlement de l'IAAF en attendant la décision sur l'appel contre la décision du TAS», écrivent ses avocats, dans un communiqué. «Cette décision va empêcher Caster Semenya de défendre son titre aux championnats du monde en septembre», ajoutent-ils.

Elle continue son combat

«Je suis très déçue de ne pas pouvoir défendre mon titre durement gagné, mais cela ne va pas me freiner dans mon combat pour le respect des droits de toutes les athlètes concernées», a déclaré Semenya, citée dans le communiqué. Le tribunal avait décidé le 3 juin de suspendre, pour Caster Semenya seulement, de façon «super-provisoire» le règlement de l'IAAF, entré en vigueur le 8 mai, qui demande aux athlètes hyperandrogènes de suivre un traitement pour faire baisser leur taux de testostérone, afin de pouvoir concourir sur des distances allant du 400 m au mile (1 609 m).

Cette autorisation à courir de nouveau avait permis à la Sud-Africaine, triple championne du monde et double championne olympique, de remporter sur sa distance fétiche le meeting de Stanford (Californie) le 30 juin en 1'55''70.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • FullmétalJF le 31.07.2019 00:33 Report dénoncer ce commentaire

    Elle n'a qu'à se mettre en règle au niveau hormonal . Décision logique...

  • Génétique le 31.07.2019 09:35 Report dénoncer ce commentaire

    "Elle" a un caryotype XY. Elle est donc avantagée par rapport aux autres athlètes ayant XX (les femmes). sauf qu'avec 1mn55 sur 800m, n'importe quel athlète homme de niveau régional peut la battre. Elle a tout intérêt à se battre pour rester avec les femmes.

  • tinkerbell le 31.07.2019 10:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ce n'est pas de sa faute. c'est une maladie. arrêter de juger tout

Les derniers commentaires

  • tinkerbell le 31.07.2019 10:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ce n'est pas de sa faute. c'est une maladie. arrêter de juger tout

  • Génétique le 31.07.2019 09:35 Report dénoncer ce commentaire

    "Elle" a un caryotype XY. Elle est donc avantagée par rapport aux autres athlètes ayant XX (les femmes). sauf qu'avec 1mn55 sur 800m, n'importe quel athlète homme de niveau régional peut la battre. Elle a tout intérêt à se battre pour rester avec les femmes.

  • FullmétalJF le 31.07.2019 00:33 Report dénoncer ce commentaire

    Elle n'a qu'à se mettre en règle au niveau hormonal . Décision logique...