Athlètes jamaïquains

03 juin 2020 09:02; Act: 03.06.2020 10:10 Print

Ils rejouent «Rasta Rockett» avec une Mini

À défaut de salle de sport, deux Jamaïquains utilisent leur voiture pour améliorer leur poussée, en prévision des épreuves de bobsleigh aux Jeux d'hiver de 2022.

storybild

(photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Personne n’a oublié le buzz qu’avait suscité la présence des Jamaïquains à la compétition de bobsleigh lors des Jeux olympiques de 1988, à Calgary. Un moment immortalisé dans le film culte «Rasta Rockett». Depuis, tous les quatre ans ou presque, c'est l'événement, ils reviennent, s’attirant à chaque fois la sympathie du public, qui aime voir ces athlètes rastas sur la glace.

Plus de trente ans plus tard, la nouvelle génération de bobeurs jamaïquains persévère toujours, malgré d’importants défis logistiques, tant au niveau des conditions météorologiques que du financement. Installé dans la ville de Peterborough en Angleterre, le tandem formé par Shanwayne Stephens et Nimroy Turgott tente donc de maintenir cette tradition du bobsleigh jamaïquain en vue des Jeux de 2022 à Pékin. Et le duo doit donc faire avec les moyens du bord.

Ils attirent les regards

Un autre obstacle est venu se dresser sur leur chemin avec la pandémie de Covid-19 qui a entraîné la fermeture des salles de gym. Les deux comparses n’ont donc plus accès aux appareils permettant de pratiquer la poussée. Heureusement, la solution à ces embûches n’était pas trop difficile à trouver. Les deux hommes ont simplement décidé que la voiture de Stephens, une Mini Cooper, deviendrait leur outil de travail.

Le duo s’affaire donc à pousser le bolide un peu partout à travers les rues de sa ville d’adoption. Involontairement, ce type d’entraînement attire les regards, puisque plusieurs passants, croyant être en présence d’une voiture en panne, ont offert aux athlètes de les dépanner. Stephens et Turgott doivent ainsi souvent expliquer leur histoire surprenante à ces passants qui, à défaut de pouvoir aider, retournent au moins chez eux avec une excellente anecdote à raconter.

(L'essentiel/cma)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.