Au Luxembourg

04 juin 2020 10:00; Act: 04.06.2020 14:47 Print

La tempête est loin d'être finie pour le basket

Du budget des clubs au nombre de pros sur le terrain, la crise du coronavirus pèse lourd sur le basket grand-ducal.

storybild

Frappés par le virus, les clubs peinent à s'accorder sur des solutions. (photo: Gerry_schmit)

Sur ce sujet
Une faute?

En attendant de décider le 27 juin si la Total League se jouera la saison prochaine à dix, quatorze ou autrement, les clubs se préparent à de gros chamboulements.

Le Racing a déjà annoncé qu'il débuterait la saison avec un joueur non formé localement (non-JICL) plutôt que deux. Etzella pourrait, selon son président Paul Wengler dans le «Wort», faire de même. «Cette tendance sera encore discutée avec les joueurs, le coach, les sponsors... Il faudra voir ce que les autres feront», précisait hier Jean-Pierre Gutenkauf, membre du comité.

«Nous ne pouvons pas dire à ce jour si nous prendrons la même décision», assurait le président dudelangeois, Marcel Wagener. «Nous consulterons nos sponsors. Si la situation financière le permet, notre préférence va à deux "Américains" pour pouvoir concurrencer les clubs qui en ont engagé deux. Nous ne diminuerons pas le budget des jeunes».

«Des sponsors ont indiqué qu'ils devront faire doucement»

Mais le risque de voir des sections jeunes et dames plus impactées et des championnats très déséquilibrés existe. Car le virus va peser sur les finances des clubs de l'élite dont le budget se situait l'an passé entre 200 000 et 450 000 euros. Il y a les recettes déjà perdues (championnat arrêté, fêtes de fin de saison annulées) et celles qui le seront...

«Certains sponsors ont maintenu leur soutien, mais d'autres ont indiqué qu'ils devront faire doucement, confiait Jean-Pierre Gutenkauf. Beaucoup dans le Nord sont de petites entreprises». Sans oublier les pertes probables en cas de mesures sanitaires à la reprise.

Si les basketteurs peuvent à nouveau s'entraîner en salle (à deux mètres de distance, deux joueurs par panier), l'horizon est loin d'être dégagé.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.