Cyclisme

08 octobre 2019 09:00; Act: 08.10.2019 11:08 Print

«On a dû rouler sur des chemins de tracteurs»

Des coureurs se mobilisent pour exiger plus de sécurité face aux chutes. Le Luxembourgeois Alex Kirsch appelle au bon sens.

storybild

Alex Kirsch (Trek-Segafredo) concluera sa première saison dans l'élite du cyclisme mondial, aujourd'hui sur Binche-Tournai-Binche. (photo: AFP/Anne-Christine Poujoulat)

Sur ce sujet
Une faute?

«L'essentiel»: Êtes vous solidaire du mouvement de protestation des coureurs? Alex Kirsch: Il faut différencier les cas. La chute d'Alvaro Hodeg, samedi, en heurtant une barrière au Tour de l'Eurométropole, vient pour moi d'une prise de risque excessive. Il est arrivé trop vite dans le virage. Cela ne veut pas dire qu'il n'y ait pas de problèmes.

Quels sont-ils alors? Le choix des routes. Au Binck Bank Tour en Belgique on est passé sur des chemins de tracteurs. Cela ne va pas sur une course World Tour où il y a beaucoup de pression.

Les organisateurs vous mettent-ils en danger? Ils ne s'en rendent pas forcément compte. Organiser n'est pas simple et les règles ne sont pas toujours claires. Mais sur la Vuelta, on a eu un final avec 15 ronds points dans les dix derniers kilomètres. Pour la grosse chute au Tour de Luxembourg, placer l'arrivée à cet endroit était stupide.

Avez-vous peur en course? J'ai toujours peur de tomber. Mais surtout dans une descente en ligne droite à 100 à l'heure dans un peloton regroupé. Jamais je ne serais tombé comme Hodeg. J'aurais touché les freins avant.

Vos proches ont-il peur pour vous? Je sens bien qu'il y a une certaine nervosité chez eux mais ce n'est pas un sujet dont on parle beaucoup. Et je veille à limiter les risques.

Que doit faire l'Union cycliste internationale? Des choses simples limiteraient le stress. Autoriser les coureurs à remonter derrière une voiture après une chute ou une crevaison, ne jamais interdire les oreillettes, autoriser de boire tout au long de l'étape, et prendre les temps à 3 km de l'arrivée pour éviter que sprinteurs et leaders ne se gênent.

Comprenez-vous les critiques sur les oreillettes? Dire que nous sommes téléguidés où que les oreillettes cadenassent les courses est un mensonge. Sans elles on garde l'échappée à une minute et elle n'a aucune chance. Elles servent d'abord à notre sécurité.

(Recueuilli par Nicolas Martin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.