Au Niger

24 décembre 2019 10:26; Act: 24.12.2019 10:52 Print

Les jeunes filles veulent jouer au football

Au Niger, pays majoritairement musulman, les femmes doivent braver préjugés et clichés si elles veulent faire du foot.

storybild

«La religion est vraiment un frein», se lamente Ali Mamadou, le sélectionneur national. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Les gens me critiquent mais je n'en ai rien à faire, je fais de ma vie ce que je veux», annonce sans détour Faouzia Sidi Ahmed, 19 ans, défenseure internationale nigérienne: «Je veux jouer au football et je joue au football». Au Niger, pays majoritairement musulman, les femmes doivent braver préjugés et clichés si elles veulent faire du foot. Illustration: «Le football féminin n'est pas permis par l'islam», déclare le prédicateur nigérien Bizo Oumarou. La femme «peut faire du sport pour sa santé» ou «pour avoir de l'endurance pour affronter des situations de guerre ou pour le travail», mais «il ne faut pas qu'elle sorte dans une tenue qui fera ressortir des parties de son corps notamment les jambes».

«La religion est vraiment un frein», se lamente Ali Mamadou, le sélectionneur national. «On arrive quand même à contourner un tout petit peu et avoir une participation importante de ces jeunes filles-là. (Mais) nous sommes au stade du balbutiement». «Mes parents ne m'ont pas interdit de jouer. On peut être musulman et jouer», assure Faouzia, en short, cheveux noués à l'arrière de la tête et qui arbore fièrement le dossard numéro 3 du maillot vert-blanc-rouge de l'équipe nationale.

Un premier championnat

Faouzia a commencé à jouer parmi les garçons. Arrivée au collège, elle a pu poursuivre le football grâce à son prof d'éducation physique. «J'ai ensuite été recrutée par l'AS Police (un club de Niamey) où j'ai joué deux ans et maintenant je joue à l'AS Garde nationale», autre club de la capitale, détaille-t-elle. Les jeunes filles l'assurent: la pratique du football n'est pas incompatible avec leur religion. «Je fais mes cinq prières quotidiennes», souligne Aïchatou Mohamed, 16 ans, coiffée d'un bonnet de l'équipe nationale qui concilie football et son métier de couturière.

«Il ne faudrait pas que les gens pensent que nous sommes des mécréants parce que nous jouons au football.» La plupart des joueuses, collégiennes et lycéennes, sont concentrées à Niamey, la capitale. Les footballeuses sont rares dans les autres villes et totalement absentes des campagnes. Selon Amina Moussa, responsable du développement du foot féminin à la fédération nationale, le pays compte 650 joueuses licenciées, sur 6 500 au total, pour 22 clubs.

Cette année, la fédération a organisé son tout premier championnat féminin, auquel ont participé une dizaine d'équipes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mvoyons le 24.12.2019 11:24 Report dénoncer ce commentaire

    Sur les photos c'est l'équipe du Nigeria qui n'a absolument rien à voir avec le Niger... Un peu de sérieux...

Les derniers commentaires

  • Mvoyons le 24.12.2019 11:24 Report dénoncer ce commentaire

    Sur les photos c'est l'équipe du Nigeria qui n'a absolument rien à voir avec le Niger... Un peu de sérieux...