Football

06 avril 2020 07:56; Act: 06.04.2020 12:48 Print

«Les joueurs de foot peuvent vivre un an sans salaire»

Attaquant vedette de Boca Juniors, l'Argentin Carlos Tevez a tenu un discours exemplaire, incitant les footballeurs les mieux rétribués à faire preuve de solidarité.

storybild

En fin de contrat à Boca Juniors, qu'il a rejoint en 2018, Carlos Tevez plaide pour un gel des salaires des joueurs les plus rétribués.

Sur ce sujet
Une faute?

Partout, on le sait, les clubs sont durement frappés de plein fouet par la pandémie de coronavirus, avec la crainte, pour certains, de réels risques de faillite. Et partout aussi, des joueurs montent au créneau, se mobilisent, étant souvent prêts à faire des efforts financiers - en renonçant le plus souvent à une partie de leur salaire - afin d'atténuer l'impact considérable provoqué par le Covid-19.

Dernier exemple en date, celui de l'Argentin Carloz Tevez (36 ans), l'attaquant vedette de Boca Juniors, dont il est aussi le capitaine. Revenu au pays après un long exil européen, marqué par des étapes en Angleterre (West Ham, Manchester United et Manchester City) et en Italie (Juventus), ainsi qu'un passage en Chine (Shangaï Shenhua), Tevez s'est lâché dans un long entretien accordé à la télévision locale America TV dans le seul but d'inciter les joueurs les mieux payés à renoncer à plusieurs mois de salaire, dans le but d'aider les personnes en détresse.

«Le footballeur peut vivre six mois, un an, sans toucher de salaire. Il n'est pas dans la détresse de vivre au jour le jour avec des enfants, de quitter son domicile à six heures du matin et de rentrer à sept heures du soir. Nous devons être là et aider. Les personnes désespérées, qui ne peuvent pas bouger et qui, si elles quittent la maison, sont emmenées en prison, voilà ce qui est inquiétant», a notamment lancé Tevez, militant pour le gel des salaires, alors que le championnat d'Argentine est lui aussi suspendu depuis bientôt un mois.

«Se taire et agir»

Lorsqu'il évoque les gros salaires, l'attaquant sait de quoi il parle mieux que personne: en signant en Chine, en décembre 2016, il était devenu le footballeur le mieux payé de la planète, avec un salaire annuel estimé à quelque 40 millions d'euros.

L'international argentin aux 76 sélections en a profité pour proposer son aide aux autorités, afin d'aider les plus démunis. «Je me mets à la disposition du gouvernement et du club pour aider, pour être là. Dans ces cas-là, il faut se taire et agir. Je me mets à la disposition du club, quitte à servir des repas dans une soupe populaire». Alors oui, Carloz Tevez a raison: plus d'un footballeur peut vivre une année sans salaire, voire probablement plusieurs années. Il n'empêche que son acte de solidarité est hautement respectable. Et qu'il fait du bien.

(L'essentiel/njr)