Mandy Minella

14 janvier 2020 08:05; Act: 14.01.2020 15:48 Print

«L’impression d’avoir fumé deux paquets de cigarettes»

LUXEMBOURG/MELBOURNE - Mandy Minella tire le signal d’alarme sur les conditions de jeu à Melbourne, prise dans un nuage de fumée. Une joueuse a fait un malaise ce matin.

Sur ce sujet
Une faute?

L'essentiel: Vous avez rédigé des tweets alarmistes, aujourd’hui, sur l’air à Melbourne? Quelle est la situation?

Mandy Minella: C’est assez catastrophique et dangereux. Le gouvernement a demandé aux gens de rester confinés chez eux. Les écoles, les crèches sont fermées. L’air est très mauvais. C’est dangereux pour les enfants mais l’Australian Open, visiblement, ne s’en préoccupe pas.

Avez-vous eu des nouvelles de leur part?

Ils nous ont envoyé un mail qui prévoit des interruptions en cas de pollution comme pour la chaleur ou la pluie. Mais on se demande où est la limite! Là c’est catastrophique.

Comment cela se matérialise?

Quand on sort, on n'arrive pas à respirer. J’ai l’impression d’avoir fumé deux paquets de cigarettes depuis ce matin. On le sent à chaque fois que l’on respire. Nous sommes dans la maison que nous avons louée avec des amis. Nous restons à l’intérieur avec les enfants.

La situation est-elle la même tous les jours?

Non cela a empiré. Tout dépend de la manière dont l’air circule. On a eu des journées de ciel bleu. Mais aujourd’hui la situation est pire.

«Des gens toussent, vomissent»

Une joueuse a fait un malaise ce matin en qualifications (Dalila Jakupovic)…

Oui, elle a abandonné car elle n’arrivait plus à respirer. Elle toussait. On savait que quelque chose comme ça arriverait. Ces gens n’imaginent pas dans quel état on est en répétant les efforts avec un pouls à 160 dans de telles conditions. Et cela ne concerne pas que les joueurs et joueuses. Ce matin un petit ramasseur de balles a été sorti après quatre jeux. Et ce ne sont que les qualifs donc on ne sait pas tout. C’est peu médiatisé.

Vous jouez demain contra la Française Jessika Ponchet. Êtes-vous inquiète?

Oui, on ne sait pas comment ce sera. On ne connaît pas non plus les répercussions dans les prochaines années. Je connaissais des villes polluées. Mais cela a atteint un degré que je n’ai jamais vu. Des gens toussent, vomissent. Je pense vraiment beaucoup à tout ça. Et là je n’ai pas du tout envie d’aller sur le court demain. La situation est effrayante.

Que faut-il faire?

Ou tout reporter ou au moins jouer le plus de matches possible sur les quelques courts couverts comme la Rod Laver Arena. Mais non, on fait jouer les stars en indoor, les têtes de série et nous on va à l’extérieur.

«Certains n'osent pas songer au boycott»

Le fait d’arrêter en fin d’année vous fait-il parler plus librement?

Non pas du tout. On ne parle plus de tennis là, ni d’une carrière, ni de moi ou de succès. Les gens ne comprennent rien là. Ils m’agressent sur les réseaux sociaux sur mes résultats ou autre. Mais là ça dépasse le sport. Les spectateurs décident de venir ou non mais beaucoup de gens n’ont pas le choix. Les ramasseurs, les juges de ligne...

Pas très net, le ciel de Melbourne ce mardi...

Votre dernier Open d’Australie est un peu gâché…

La tournée n’a pas très bien débuté, avec des petits soucis. Mais cela ne me dérange pas car j’ai très bons de souvenirs ici. Mais pour moi ce n’est plus assez important pour ne pas appeler à ce que des décisions soient prises.

Les joueurs doivent se mobiliser?

Il faut qu’on se réunisse. Beaucoup alertent sur la situation. Mais il y a aussi un gros prize-money ici, et certains n’osent pas songer au boycott. D’autres l’envisagent. Difficile d’avoir un message commun.

(Recueilli par Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Logic le 15.01.2020 23:41 Report dénoncer ce commentaire

    Une mesure simple : mettre des taxes énormes sur le kérosène! Ou bien c'est mieux de tous mourir ?

  • Vincent K. le 14.01.2020 09:15 Report dénoncer ce commentaire

    Entretemps tout le monde sait ce qui se passe en Australie. Si quand même on se déplace la bas il ne faut pas se plaindre. Si les tournois ne sont pas annulés alors que les joueurs et joueuses de tennis se mettent à table et refusent d'y aller jouer. S'ils ne sont pas capable de refuser alors chacun est responsable pour lui même! Libre à vous chers sportifs de mettre votre santé, voir votre vie, en jeu.

  • Smog le 14.01.2020 08:33 Report dénoncer ce commentaire

    Ca va arriver au monde entier, pas seulement á Melbourne.

Les derniers commentaires

  • Logic le 15.01.2020 23:41 Report dénoncer ce commentaire

    Une mesure simple : mettre des taxes énormes sur le kérosène! Ou bien c'est mieux de tous mourir ?

  • trumptrump le 14.01.2020 12:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    elle me fait rire cette femme toujours a se plaindre

  • Vincent K. le 14.01.2020 09:15 Report dénoncer ce commentaire

    Entretemps tout le monde sait ce qui se passe en Australie. Si quand même on se déplace la bas il ne faut pas se plaindre. Si les tournois ne sont pas annulés alors que les joueurs et joueuses de tennis se mettent à table et refusent d'y aller jouer. S'ils ne sont pas capable de refuser alors chacun est responsable pour lui même! Libre à vous chers sportifs de mettre votre santé, voir votre vie, en jeu.

    • Mamouth le 14.01.2020 13:38 Report dénoncer ce commentaire

      Comme il est dit dans l'interview... Un gros prize money... Alors qu'ils boycottent tous, et c'est moi qui prend le pactole... Ceux qui seront sortis au premier tour des qualifications empocheront 20 000 dollars australiens (près de 12 000 euros), soit une hausse d'un tiers par rapport à l'année précédente. Les joueurs, qui perdront au premier tour du tableau final, gagneront, pour leur part, 90 000 dollars australiens (à peu près 56 000 euros), soit 20 % de mieux qu'en 2019.

  • cocou le 14.01.2020 08:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    prend ta retraite au lieu de faire du buzz

    • Julie Pernot le 14.01.2020 11:06 Report dénoncer ce commentaire

      Allons, allons, inutile de critiquer l'une des rares Luxembourgeoises qui n'aient pas peur de se fatiguer.

  • Smog le 14.01.2020 08:33 Report dénoncer ce commentaire

    Ca va arriver au monde entier, pas seulement á Melbourne.