Football féminin – 100 000 euros pour truquer certains matches?

Publié

Football féminin100 000 euros pour truquer certains matches?

Une enquête a été ouverte, en France, après que des joueuses de 1re division se sont vu proposer 100 000 euros en cryptomonnaie pour «arranger» des rencontres.

Les joueuses ont été contactées sur la plateforme Instagram à travers de mystérieux messages.

Les joueuses ont été contactées sur la plateforme Instagram à travers de mystérieux messages.

Getty Images/iStockphoto

La pointe immergée d’un iceberg? Selon une communication intervenue jeudi, la Fédération française de football a porté plainte contre X, après que plusieurs professionnelles ont été contactées pour des tentatives de corruption. En effet, plusieurs joueuses ont reçu sur leur compte Instagram des «messages bizarres», qui leur promettaient une somme de 100 000 euros en cryptomonnaie, décrite comme intraçable, contre le fait «d’arranger» des matches.

Selon L’Équipe, cette méthode est innovante dans l’univers des matches truqués et a attiré l’attention de l’UEFA, d’Interpol et des instances nationales concernées. En effet, le journal français a aussi révélé que ces tentatives de corruption ont eu lieu dans d’autres championnats que sont l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas. D’autres pourraient aussi être concernés.

Le cas français

En France, la Fédération souligne que «les joueuses ont eu le bon réflexe, elles ont suivi ce qui leur est conseillé lors des formations sur les tentatives de corruption: elles ont alerté leurs clubs, qui ont fait remonter l’information». Selon L’Équipe, l’enquête ouverte en septembre, avance. Ainsi, trois joueuses de Montpellier ont été auditionnées la semaine dernière, d’après les informations du président du club Laurent Nicollin.

L’instance qui chapeaute les jeux d’argent en France (SCCJ) a aussi fait savoir au journal sportif qu’elle était au courant de ces cas, et qu’ils avaient été rapportés «au sein du groupe de Copenhague», c’est-à-dire au réseau de plateformes nationales du Conseil de l’Europe qui combat les manipulations sportives.

Tentative de corruption ou de vol de données?

À travers l’Europe, d’autres cas sont avérés. En 4e division allemande, Energie Cottbus avait rapporté ce genre de tentatives le 4 septembre, avant un match de coupe local. Le montant et la nature, virtuelle, de l’argent étaient similaires. En Belgique, ce sont au moins deux joueuses qui ont été visées et la Fédération annonce avoir mis les clubs au courant, tout comme l’UEFA et la justice.

Reste maintenant un gros morceau pour les enquêteurs, qui doivent établir les motivations des corrupteurs ainsi que leurs profils. De par le fait que les messages ont été envoyés sur Instagram, il faudra le concours de son propriétaire Facebook pour retrouver les adresses IP des criminels. Une autre piste que le trucage de match est évoquée. Il pourrait s’agir d’une tentative d’hameçonnage qui viserait la récupération des données bancaires et personnelles des personnes contactées.

(L'essentiel/Sport-Center)

Ton opinion