A Strasbourg – 113 arrestations après les violences du Nouvel An
Publié

À Strasbourg113 arrestations après les violences du Nouvel An

STRASBOURG - Plus de 100 personnes ont été interpellées et une cinquantaine a fait l'objet de poursuites judiciaires à la suite des violences urbaines du Nouvel An à Strasbourg.

De nombreux véhicules ont été incendiés dans la nuit de la Saint-Sylvestre.

De nombreux véhicules ont été incendiés dans la nuit de la Saint-Sylvestre.

AFP/Frederick Florin

Une «cellule Nouvel An» de la police avait été mise en place en janvier et vient d'être dissoute début juillet, a expliqué la directrice départementale de la sécurité publique dans le Bas-Rhin, Annie Brégal. Afin d'identifier les auteurs des violences de la Saint-Sylvestre, qui avaient flambé dans plusieurs quartiers sensibles de la capitale alsacienne, cette cellule associait enquêteurs de la Sûreté départementale et effectifs de voie publique, en lien avec les renseignements territoriaux, chargés de la veille sur Internet.

«Les faits majeurs ont été élucidés» s'est félicitée Mme Brégal, soulignant le travail colossal accompli par cette dizaine de policiers, qui ont notamment scruté des centaines d'heures d'images de vidéosurveillance. Outre les nombreuses voitures incendiées au cours de la nuit figuraient parmi les faits marquants une embuscade tendue à un véhicule des pompiers, des tirs de mortiers sur des policiers et des dégradations contre un établissement de soins psychiatriques.

«Une réponse judiciaire très forte»

En tout, 113 personnes ont été interpellées, 40 la nuit même et 73 grâce au travail de cette cellule. Elles étaient mineures pour 66 d'entre elles, les plus jeunes âgés de seulement 12 ou 13 ans. Selon Mme Brégal, il n'y avait «pas de cerveau» derrière ces violences mais des jeunes gens majoritairement déjà connus de la police - la moitié des mineurs et 85% des majeurs -, qui agissaient pour la plupart dans la zone où ils résident.

Une cinquantaine de personnes a fait l'objet de poursuites judiciaires, parmi lesquelles cinq comparutions immédiates et une trentaine de mises en examen, «une réponse judiciaire très forte», souligne Mme Brégal.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion