Thaïlande – 114 ans de prison pour un moine bling-bling

Publié

Thaïlande114 ans de prison pour un moine bling-bling

Un moine thaïlandais défroqué a été condamné jeudi en Thaïlande à une peine de 114 ans de prison pour fraude et blanchiment d'argent.

Wiraphon Sukphon a été reconnu coupable de blanchiment d'argent, de fraude et d'avoir violé la loi sur la criminalité informatique pour avoir collecté des fonds en ligne

Wiraphon Sukphon a été reconnu coupable de blanchiment d'argent, de fraude et d'avoir violé la loi sur la criminalité informatique pour avoir collecté des fonds en ligne

dr

Le train de vie de Wiraphon Sukphon était bien loin du dépouillement demandé aux moines: la police a saisi des biens d'un montant total de 24 millions de bahts (un peu plus de 624 000 euros), trois voitures dont une Porsche et une Mercedes-Benz, ainsi qu'une moto Harley-Davidson. Et sa photo prise dans un jet privé, grosses lunettes de soleil sur le nez, sac Louis Vuitton à ses côtés, avait fait le tour des réseaux sociaux en 2013.

Jeudi, il a été reconnu coupable de blanchiment d'argent, de fraude et d'avoir violé la loi sur la criminalité informatique pour avoir collecté des fonds en ligne, a déclaré à l'AFP un fonctionnaire du tribunal. Conformément à la loi thaïlandaise, il ne restera toutefois pas plus de 20 ans en détention, a-t-il ajouté.

Accusé de viol sur mineure

Wiraphon Sukphon, 39 ans, plus connu comme Luang Pu Nen Kham, son nom de moine, a également été condamné à restituer 28,6 millions de bahts (744 000 euros) à 29 donateurs ayant porté plainte.

Il avait été arrêté en juillet 2017 à sa descente d'avion après son extradition des États-Unis, où il avait fui en 2013 au moment où la police avait commencé à enquêter sur lui. L'ancien moine est également accusé de viol sur mineure. Un verdict dans cette affaire doit être rendu en octobre.

Quelque 95% des Thaïlandais sont bouddhistes pratiquants, un des taux les plus élevés du monde. Et le pays compte environ 300 000 moines. Mais ces dernières années le clergé du royaume a souvent fait la une des journaux dans des cas d'usage de drogue, d'ivresse, de paris douteux, de recours à des prostituées ou de corruption.

(L'essentiel/nxp/ats)

Ton opinion