Exploit d'un Luxembourgeois – «120 km par jour à vélo pour me rendre au travail»

Publié

Exploit d'un Luxembourgeois«120 km par jour à vélo pour me rendre au travail»

LUXEMBOURG - Le Luxembourgeois Ralph Diseviscourt, bientôt âgé de 40 ans, a traversé l'Amérique à vélo en un peu moins de onze jours. Il raconte.

Le Luxembourgeois est arrivé samedi dernier dans le Maryland.

Le Luxembourgeois est arrivé samedi dernier dans le Maryland.

Editpress

L'essentiel: Vous avez terminé quatrième de la Race Across America, en dix jours, 18 heures et 19 minutes. Racontez-nous votre exploit...

Ralph Diseviscourt, ultra-cycliste: Ce sont dix jours extrêmement durs, faits de hauts et de bas. J'ai roulé à 31 km/h de moyenne, en dormant deux heures par nuit. Malgré un bon départ, j'ai eu des problèmes respiratoires, ce qui m'a obligé à m'arrêter pendant douze heures. Mon médecin ne me donnait que 5% de chances de terminer. Mais j'ai récupéré.

Comment trouver le second souffle dans ce cas de figure?

Heureusement, mon équipe était là pour me soutenir. On pense aussi à toutes ces années de sacrifices. Cette course, c'est comme les Jeux olympiques pour moi. Je m'entraîne 40 heures par semaine en moyenne, soit 40 000 km par an. En plus du travail et d'une vie de famille.

Car vous travaillez en plus d'être père de famille...

Oui, j'ai deux petites filles. Mais je ne pourrais pas réussir sans une partenaire aussi patiente. Nous habitons près de Wiltz, je travaille dans le secteur bancaire dans la capitale. Pour l'anecdote, je fais l'aller et retour à vélo tous les jours, soit 120 km. C'est un moyen de s'entraîner.

Comment devient-on un tel sportif de l'extrême?

Au départ, par une carrière de cycliste amateur classique. Mais j'ai commencé la compétition assez tard, à 28 ans. Mes qualités s'expriment particulièrement sur des courses longues et difficiles.

Place aux vacances désormais?

Même pas. Je serai de retour au bureau mercredi. Mais je ne m'y rendrai pas à vélo.

(Recueilli par Thomas Holzer)

Ton opinion