Contre les bourses d'études – 14 500 lycéens veulent participer à la grève
Publié

Contre les bourses d'études14 500 lycéens veulent participer à la grève

LUXEMBOURG - Des milliers de lycéens ont officiellement indiqué qu'ils participeront vendredi à la manifestation des étudiants pour dénoncer le nouveau système des bourses.

Vendredi, les élèves et étudiants descendront dans les rues pour manifester contre le nouveau système des bourses d'études.

Vendredi, les élèves et étudiants descendront dans les rues pour manifester contre le nouveau système des bourses d'études.

Editpress

Évoquant une «réduction dramatique» des bourses d'études, l'UNEL a lancé son appel à la grève il y a deux semaines. Leur revendication principale: la dépendance financière des parents et des critères d'obtention de la bourse de mobilité jugés injustes. En plus, le nouveau modèle des bourses ne prend pas en compte le nombre d'enfants à charge de la famille, un aspect que le ministre de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur, Claude Meisch (DP), est pourtant prêt à revoir. «Il y aura des cris et de la colère chez certains étudiants», prédit d'ores et déjà Milena Steinmetzer, membre du comité de l’UNEL et étudiante à l’Université de Vienne. Mais tout sera mis en œuvre pour garantir un bon déroulement de la grève et éviter les débordements.

L'Union nationale des étudiants tablait sur une participation de 10 000 élèves et étudiants, un chiffre revu à la hausse après la confirmation du ministère de l'Éducation nationale que 14 500 lycéens se sont inscrits sur les listes. À ce chiffre s'ajoutera celui des étudiants des universités. Selon Milena, l'organisation a plutôt bien marché. Les élèves désireux de participer à la grève ont ainsi dû s'inscrire sur une liste dans leurs écoles pour être dispensés des cours. «Au début il était uniquement question des élèves du cycle supérieur (3e-1re), ce qui a créé la confusion, explique l'étudiante de 22 ans. Ce n’était pas logique, car tôt ou tard, tout le monde sera concerné par les nouvelles mesures».

Les enjeux pas clairs pour tous?

Milena est pourtant d’accord pour dire que tous les participants ne se sont pas forcément penchés sur la thématique des bourses de la même manière. «Probablement que les jeunes des cycles inférieurs ne comprennent pas tous les détails sur les bourses. Pour eux, s’ils entendent parler de 2 000 euros, c’est une somme énorme. Ils ne savent pas ce qu’elle représente une fois qu’on doit payer un logement», explique l'étudiante.

«Il s’agit aussi d’expliquer aux jeunes ce que ça veut dire que de faire la grève. Certains semblent penser que cela consiste à ne pas aller aux cours et de simplement rester à la maison». C'est pourquoi le Streikcomité a créé une page spéciale. Pour ce qui est de l’organisation, le Streikcomité a eu deux réunions avec la police grand-ducale afin de déterminer ensemble le tracé du cortège. Certaines routes seront fermées à la circulation jusqu’après le passage des élèves (voir ci-dessous). Si l'action est encouragée par la plupart des comités d'élèves, associations de jeunes et syndicats, les jeunes libéraux (JDL), les jeunes verts (Jonk Gréng) et l'ACEL ne la soutiendront pas. S'ils sont loin d'approuver le projet de loi 6670, ils entendent privilégier la voie du dialogue. Certaines associations reconnaissent en outre le besoin du gouvernement de faire des économies. En plus, les bourses d'études du Luxembourg comptent parmi les plus élevées de l'UE.

La circulation perturbée en raison de la grève


Cliquez sur le plan pour voir les parcours en plus grand

La grève aura lieu, ce vendredi, à partir de 10h. Le rendez-vous est donné en trois points dans Luxembourg-Ville, sur le parking du Glacis, à la gare et sur le campus «Geesseknäppchen» (sur le parking derrière le ECG). Les cortèges convergeront ensuite devant le ministère de l'Éducation et la Chambre des députés. Les rues empruntées par les trois cortèges qui prennent leur départ respectivement dans l’avenue de la Gare, à la place Laurent, et dans la rue Marguerite de Brabant, pour se rejoindre à la place Clairefontaine, seront fermées partiellement et de manière ponctuelle à la circulation entre 10h15 et 11h, le temps du passage des cortèges. La police grand-ducale sera sur place afin de régler la circulation. Certaines lignes de bus risquent d’être perturbées voire déviées temporairement.

(Laurence Bervard/ Kerstin Smirr/L'essentiel)

Suivre la grève

Envoyez-nous vos photos de la grève à l'adresse web@lessentiel.lu ou commentez sur Twitter via le hashtag #Streik6670.

La réaction du ministre

Contacté par L'essentiel après l'annonce, le ministre s'était dit surpris par une telle initiative mais avait souligné qu'il était «normal que des personnes qui se sentent lésées puissent se faire entendre».

Pourquoi cette grève a-t-elle lieu?

Retrouvez les Questions-Réponses de «L'essentiel» sur la grève ici.

Ton opinion