Coronavirus au Luxembourg – 145 euros si votre sortie n'est pas essentielle!
Publié

Coronavirus au Luxembourg145 euros si votre sortie n'est pas essentielle!

LUXEMBOURG - Le Premier ministre Xavier Bettel a confirmé l'état de crise national. Il a rappelé les mesures strictes de confinement et les sanctions applicables.

Xavier Bettel avait déjà annoncé quelques mesures et appelé à «Rester à la maison». Peut-il aller encore plus loin?

Xavier Bettel avait déjà annoncé quelques mesures et appelé à «Rester à la maison». Peut-il aller encore plus loin?

Tania Feller

Le Premier ministre Xavier Bettel s'est exprimé devant la presse, ce mercredi vers 18h, à l'issue d'un Conseil de gouvernement extraordinaire. Le chef du gouvernement avait déjà annoncé les mesures en début de semaine. Cette fois, rien de vraiment nouveau mais il a tenu, officiellement, à déclarer l'état de crise en rappelant à la population de «Rester à la maison». Un état de crise qui s'accompagne de sanctions. Elles seront présentées jeudi par le ministre de la Sécurité intérieure, François Bausch, mais Xavier Bettel l'a évoqué: un déplacement non essentiel pourra être verbalisé à hauteur de 145 euros, un commerce qui n'aurait pas suivi les consignes de fermeture pourra être sanctionné à hauteur de 4 000 euros et le double si récidive.

«Le virus circule au Luxembourg» et impose de prendre «des mesures exceptionnelles» et faire face à «une situation très difficile», a souligné Xavier Bettel. Selon lui, il n'est «pas possible d’interdire totalement les déplacements. Il faut faire fonctionner l’État». Reste que la population du pays est clairement invitée à réduire au strict minimum tous les contacts sociaux non essentiels. Restent autorisés les déplacements domicile-travail quand le télétravail n'est pas possible (même frontaliers), les rendez-vous médicaux urgents «et seulement les urgences!», ainsi que les achats alimentaires ou nécessaires comme les pharmacies, les stations-services ou encore les services divers de dépannage.

«Cela coûtera ce que cela coûtera»

Xavier Bettel recommande de «ne pas se mélanger entre familles» ou entre amis. Comme dans d'autres pays confinés, seule la cellule familiale est tolérée. En somme, «restez chez vous», a martelé le Premier ministre. Face à ces mesures, il a indiqué qu'il n'y avait pas d’enveloppe globale prévue: «On dépensera le montant qui sera nécessaire. L’économie et les finances ne valent pas plus que les vies humaines, cela coûtera ce que cela coûtera».

L'état de crise a été voté et doit être inscrit dans la loi sous dix jours. Xavier Bettel a encore appelé au «bon sens» et à «la responsabilité de chacun»: «C'est très important de le comprendre, il faut circuler un minimum dehors».

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Ton opinion