Caraïbes: 17 migrants périssent dans un naufrage au large des Bahamas

Publié

Caraïbes17 migrants périssent dans un naufrage au large des Bahamas

17 migrants haïtiens ont trouvé la mort dans le naufrage d’un bateau transportant plus d’une soixantaine de personnes, dimanche, au large des Bahamas.

Quinze des victimes sont des femmes, un homme et un enfant ont également perdu la vie dans cet accident. (Image d’illustration)

Quinze des victimes sont des femmes, un homme et un enfant ont également perdu la vie dans cet accident. (Image d’illustration)

AFP

Les corps de dix-sept migrants haïtiens ont été retrouvés sans vie et 25 autres personnes ont été secourues en mer lors d’une opération de sauvetage qui se poursuivait dimanche, après le naufrage d’un navire au large des Bahamas, ont annoncé les autorités bahaméennes et haïtiennes.

Le bateau qui «aurait chaviré face à une mer agitée», selon le communiqué de presse diffusé par le premier ministre Philip Davis, a quitté l’île la plus peuplée de l’archipel «avec environ 60 personnes à son bord». Quinze des victimes sont des femmes, un homme et un enfant ont également perdu la vie dans cet accident.

«On pense que leur destination finale était Miami, en Floride», a précisé le chef du gouvernement bahaméen. «Dix-sept compatriotes sont morts au large des Bahamas et plusieurs (ont) disparu, ce 24 juillet. Ce nouveau drame attriste la nation tout entière», a tweeté le Premier ministre haïtien, Ariel Henry.

Terre de transit

Les Bahamas, un archipel de 700 îlots (dont 39 habités) situés à 80 km au sud-est des côtes de la Floride et au nord de Cuba, sont régulièrement utilisés comme terre de transit par des migrants qui cherchent à rejoindre les États-Unis.

En Haïti, un pays gangrené par la criminalité des gangs, où près de la moitié de la population souffre d’insécurité alimentaire, nombre d’habitants tentent régulièrement de rejoindre illégalement la Floride par la mer, faisant souvent escale aux Bahamas ou dans les îles Turques-et-Caïques, sous autorité britannique.

«Je comprends que la situation à laquelle beaucoup de ces migrants sont confrontés les encourage à prendre de si grands risques», a déclaré Philip Davis qui appelle «cependant ceux qui envisagent de faire un tel voyage, à ne pas le faire».

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires