En France – 2 500 policiers et gendarmes en renfort

Publié

En France2 500 policiers et gendarmes en renfort

Le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls, a annoncé jeudi la création, à partir de 2013, de 500 postes par an pour les forces de sécurité dans les zones de sécurité prioritaires.

Manuel Valls ne supprimera pas les 3 000 postes comme prévu en 2013.

Manuel Valls ne supprimera pas les 3 000 postes comme prévu en 2013.

AFP

En visite à Aix-en-Provence pour soutenir les deux policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) blessés dans la nuit de samedi à dimanche, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a annoncé la création à partir de l'année prochaine de 500 postes par an pour les forces de police et de gendarmerie, destinés notamment aux Zones de sécurité prioritaires (ZSP). En Moselle, les villes de Fameck et Uckange sont concernées, puisque toutes deux ont été classées parmi ces zones définies par le gouvernement Ayrault.

«La sécurité, comme la justice, sont des priorités dans le budget 2013, alors que près de 12 000 postes de policiers et de gendarmes ont été supprimés au cours des 5 dernières années», a rappelé M. Valls, après avoir rendu visite aux deux policiers aixois violemment agressés le week-end dernier. Il a par ailleurs estimé qu'il fallait «stopper cette hémorragie», car «près de 3 000 postes auraient dû être supprimés encore en 2013», mais que «cela ne se fera pas».

«Hommes et femmes aguerris»

Le ministre de l'Intérieur souhaite également que les policiers présents dans ces zones soient expérimentés.
«Ce ne sera évidemment pas ceux et celles qui sortent des écoles de police (qui seront affectés dans les ZSP, ndlr)». Au contraire, seront affectés dans ces ZSP «des hommes et des femmes aguerris qui connaissent le terrain comme ceux que je viens de rencontrer ici, au centre hospitalier d'Aix-en-Provence». Ces deux policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) d'Aix-en-Provence ont été hospitalisés dans la nuit de samedi à dimanche après avoir été blessés à coups de bouteille de champagne. Leurs deux agresseurs présumés, dont un mineur, ont été mis en examen lundi.

Le 31 juillet, M. Valls avait annoncé le déploiement de «quinze zones de sécurité prioritaires», qui seront suivies, en l'espace d'un an, de cinquante à soixante autres «proposées par les préfets qui s'appuieront sur l'expérience acquise lors de cette première phase». «Quinze ZSP ont été prédéfinies, au niveau central, en fonction de critères objectifs de gravité: 9 en zone police, dont trois au sein de la PP, 5 en zone gendarmerie et une en zone mixte», avait précisé Manuel Valls. Ce dispositif constitue l'une des promesses de campagne de François Hollande.

(L'essentiel Online/AFP)

Les quinze premières «zones de sécurité prioritaires» (ZSP) regroupent 24 villes dont trois situées en Guyane. Les zones prioritaires sont les suivantes: la Seine-Saint-Denis (Saint-Denis, Saint-Ouen), Paris (Paris XVIIIe), les Yvelines (Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville), l'Essonne (Corbeil-Essonne), la Somme (Amiens), le Nord (Lille), l'Oise (Méru et Chambly), la Moselle (Fameck et Uckange), le Bas-Rhin (Strasbourg), le Rhône (Lyon IXe), les Bouches-du-Rhône (Gardanne et Bouc-Bel-aire), Marseille (Marseille IIIe, XIIIe, XIVe, XVe et XVIe), le Gard (Vauvert et Saint-Gilles), l'Hérault (Lunel et Mauguio) et la Guyane (Cayenne, Matoury, Remire-Montjoly).

Ton opinion