Congé familial – «2 jours, c'est pas assez, il en faudrait au moins 5»

Publié

Congé familial«2 jours, c'est pas assez, il en faudrait au moins 5»

LUXEMBOURG - Un débat public était organisé ce lundi à la Chambre des députés concernant l’augmentation du nombre de congés pour raisons familiales.

Les tout-petits sont plus fragiles.

Les tout-petits sont plus fragiles.

Silvia Sousa Gomes est venue exposer ses difficultés ce lundi matin: «Quand mon enfant est tombé malade, je me suis aperçue que je n'avais plus de jours de congés». «Que faire quand la crèche refuse de garder votre enfant et que votre famille n’est pas près de vous?», s’interroge Silvia, qui a lancé la pétition à l’origine du débat. Elle a recueilli quelque 4 900 signatures. La pétition demandait 7 jours par an et par parent, «je pense qu’il faudrait au moins 5 jours», indique Silvia.

«Nous avons un grand souci de mieux concilier la vie professionnelle et la vie familiale», a indiqué le ministre du Travail, Nicolas Schmit, faisant notamment référence à la réforme du congé parental. «J’ai eu quatre enfants, certains jamais malades, d’autres souvent et dans ce cas, deux jours, ça n’était pas suffisant». Une réforme est en cours, «un projet de loi sera bientôt présenté». Il en a précisé officiellement les contours.

«Une nette amélioration»

Actuellement, chaque parent a droit à deux jours par an et par enfant âgé de 0 à 15 ans, soit un total de 30 jours. Ce crédit devrait être porté potentiellement à 35 jours avec la mise en place d’un nouveau système, prenant en compte les besoins des enfants selon leur âge.

Pour les enfants de 0 à 3 ans, chaque parent disposera de 12 jours de congés pour raisons familiales, soit quatre par an, avec la possibilité de reporter les jours non-utilisés aux années suivantes. Pour les enfants de 4 à 12 ans, le crédit sera de 18 jours par parent. À noter que les jours non-utilisés durant la période 0-3 ans pourront aussi être reportés à la période 4-12 ans. Au-delà de 13 ans et jusqu’aux 18 ans de l’enfant, chaque parent bénéficiera de 5 jours seulement en cas d’hospitalisation.

«On pourra toujours dire que ça ne suffit pas parce qu’il y aura des situations où ça ne suffira effectivement pas mais c’est une nette amélioration par rapport au système actuel», s’est félicité le ministre.

(MC/L'essentiel)

Une aide pour dépanner

Le député Déi Gréng, Roberto Traversini, présent lors du débat public, a indiqué qu'il existait des organismes pour venir en aide aux parents. Par exemple, le Service Krank Kanner Doheem propose de «dépanner» et de proposer les services d'une personne qui peut venir à domicile garder les enfants malades. Le tarif dépend des revenus des parents. Une mère au salaire minimum devra par exemple payer un euro de l'heure.

Demande d'informations: krankkanner@pt.lu

Ton opinion