Etude au Luxembourg – 24% des salariés ont l'intention de quitter leur job
Publié

Étude au Luxembourg24% des salariés ont l'intention de quitter leur job

LUXEMBOURG - La pandémie a changé la vision des salariés sur leurs conditions de travail et leur bien-être, jusqu'à entraîner chez certains des envies de changement.

«Les travailleurs sur site considèrent leur qualité de travail moins bonne que les télétravailleurs».

«Les travailleurs sur site considèrent leur qualité de travail moins bonne que les télétravailleurs».

Pixabay/Illustration

L'index de l'évaluation des conditions de travail et du bien-être des salariés, mesuré par le Quality of Work index, est resté à un niveau relativement stable en 2021 (53.9 points) par rapport à 2020 (53.5), mais toujours assez bas par rapport aux autres années (entre 54.7 et 56.2 points). Les résultats de cette enquête menée auprès des salariés résidents et frontaliers chaque année par la Chambre des salariés, l'Université du Luxembourg et un institut de recherche sociale ont été présentés ce jeudi.

La perception de la qualité de vie au travail diffère selon l'âge, la situation familiale, le type d'horaires, les groupes de métiers et secteurs d'activités. Ainsi, les plus de 55 ans, familles monoparentales, salariés effectuant des horaires atypiques, travaillant soit dans le commerce, l'industrie, l'artisanat, dans des professions élémentaires ou en tant que conducteurs d'installations sont parmi ceux pour qui la qualité de vie au travail s'est dégradée.

Le bien-être général et la motivation se dégradent

Cette étude, réalisée en 2021, confirme l'émergence de deux types de travailleurs. «Avant la pandémie, l'évolution de la qualité de vie au travail était la même entre travailleurs et télétravailleurs. Un écart s'est créé en 2020 avec la pandémie en défaveur des travailleurs sur site et il est resté le même en 2021. Les travailleurs sur site considèrent leur qualité de travail moins bonne que les télétravailleurs», explique David Büchel, coordinateur du Quality of Work Index à la Chambre des salariés. L'index est de 56.7 points pour les télétravailleurs contre 52 pour les travailleurs en présentiel.

La satisfaction des salariés quant à leur salaire reste par contre stable. Concernant la sécurité de l'emploi, elle a progressé après avoir chuté en 2020. À l'inverse, «la motivation au travail et le bien-être général atteignent leur niveau le plus bas, ajoute-t-il. Le taux de dépression et de risque de dépression est en augmentation par rapport à l'année passée».

Forte intention de changement

D'après l'enquête, 24% des salariés ont l'intention de quitter leur job actuel dans un avenir proche. Jamais ce taux n'avait été aussi haut depuis la création du Quality of Work Index en 2016. «Depuis des années, les conflits entre vie professionnelle et vie privée s'aggravent. C'est encore le cas en 2021. On peut interpréter qu'avec la pandémie, beaucoup de gens se sont posé des questions sur leur situation professionnelle, ont pris conscience de l'impact qu'a quand même leur emploi sur leur vie privée et notamment sur l'intention de changer d'emploi dans un avenir proche. On est à près d'un quart des salariés contre 18 à 19% auparavant», indique encore David Büchel.

Afin de remédier à ces conflits de conciliation entre vie privée et vie professionnelle, la Chambre des salariés demande que la directive européenne sur le sujet soit transposée dans le droit luxembourgeois. Pour elle, les entreprises qui souhaitent réellement attirer et retenir des talents «doivent faire preuve d'innovation et prendre des mesures concrètes pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle, concernant par exemple les horaires de travail».

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Ton opinion