Vaccination au Luxembourg – 24 personnes se sont fait vacciner trop tôt
Publié

Vaccination au Luxembourg24 personnes se sont fait vacciner trop tôt

LUXEMBOURG - 23 personnes du secteur hospitalier et une personne du secteur des soins ont été vaccinées contre le Covid alors qu’elles n'étaient pas prioritaires.

Paulette Lenert note que des personnes se sont fait vacciner car elles ont reçu des invitations alors qu'elles n'étaient pas concernées par la première phase de vaccination.

Paulette Lenert note que des personnes se sont fait vacciner car elles ont reçu des invitations alors qu'elles n'étaient pas concernées par la première phase de vaccination.

Julien Garroy

Des cas qui créent la polémique. Au total, 24 personnes se sont fait administrer le vaccin contre le Covid, sans être prioritaires. C'est ce qu'indique Paulette Lenert, la ministre LSAP de la Santé, en réponse à une question parlementaire posée par le député pirate Sven Clement.

«Le gouvernement a connaissance de 23 personnes du secteur hospitalier et d'une personne du secteur des soins qui ont reçu un vaccin alors qu'elles ne répondaient pas aux critères exigés au moment de la vaccination, précise Paulette Lenert. Les hôpitaux en ont tiré eux-mêmes les conséquences, en fonction de la gravité des cas détectés. Cela s'est traduit par des sanctions internes à des plaintes auprès du parquet».

Enquêtes en cours

Pour mémoire, au moins trois membres du Conseil d’administration des Hôpitaux Robert-Schuman, puis six personnes non prioritaires au centre hospitalier du Nord à Ettelbruck, ou encore l’ancien ministre Henri Grethen, se sont fait vacciner contre le Covid-19 de manière anticipée. Le Centre hospitalier du Nord a porté plainte, tandis que le député Sven Clement (Pirate) a dénoncé des faits au parquet. «Des enquêtes préliminaires sont en cours en ce qui concerne les hôpitaux Robert-Schuman et le Centre hospitalier du Nord», indique le parquet, interrogé par L'essentiel. Ce dernier sera ainsi en mesure de qualifier les faits et d'estimer s'il y a lieu d'entamer des poursuites. Cela peut «éventuellement être considéré comme du vol, ou de l’abus de confiance», expliquait le 10 mars dernier une porte-parole de l’administration judiciaire.

En outre, Paulette Lenert note que des personnes se sont fait vacciner car elles ont reçu des invitations alors qu'elles n'étaient pas concernées par la première phase de vaccination. «Cela s'explique par une erreur technique survenue lors du processus de sélection», explique la ministre.

(ol/L'essentiel)

Ton opinion