Prise en charge hospitalière – «25% des cas ne relèvent pas de l'urgence»

Publié

Prise en charge hospitalière«25% des cas ne relèvent pas de l'urgence»

LUXEMBOURG - Aux urgences du Kirchberg, le nombre de patients approche les 200 par jour. Le délai de prise en charge fait débat.

«Plus de huit heures aux urgences, qui dit mieux?», ironise Sophie*. Le délai d'attente aux urgences à l'hôpital Kirchberg semble avoir été interminable pour certains patients. Environ 200 personnes sont traitées en vingt-quatre heures aux urgences hospitalières du Kirchberg.

«Un premier tri est réalisé par les infirmières. Ensuite, la priorité des prises en charge varie selon la gravité. En moyenne, une personne passe entre 1h et 1h30 sur place. Mais ceci dépend aussi des examens à pratiquer», explique Claude Braun, directeur médical.

«Il arrive que 250 personnes débarquent sur une garde de 12h. Dans ce cas, les délais s'allongent. Mais pour les enfants, par exemple, un spécialiste en pédiatrie est présent 24h sur 24», ajoute-t-il. Pour le Dr Polet, médecin urgentiste, si problème il y a, il réside dans le trop grand nombre de cas ne nécessitant pas une admission aux urgences: «Environ un quart des pathologies relèvent de la médecine générale. S'il y avait un médecin en plus chargé de désengorger les urgences, les délais d'attentes seraient moins longs».

Pour répondre à ce trop-plein de demandes, le ministère invite les personnes «à prendre leurs responsabilités». Gerard Scharll, chef de service à la direction de la santé, rappelle ainsi la mise en place de trois maisons médicales (à Luxembourg, Esch-sur-Alzette et Ettelbruck) et la nécessité de s'adresser en premier lieu au médecin référent pour ce qui tient de la «bobologie».

Thomas Holzer

*Le prénom a été modifié

Ton opinion