Entreprise au Luxembourg – 25 millions pour des pare-brise dernière génération

Publié

Entreprise au Luxembourg25 millions pour des pare-brise dernière génération

GREVENMACHER - Le fabricant de pare-brise Carlex Glass a inauguré ce lundi une ligne de production lui permettant de s'adapter aux évolutions dans le domaine de l'automobile.

Pour rester compétitif dans la fourniture d'équipements de véhicules haut de gamme, Carlex a mis son usine luxembourgeoise au niveau. Le fabricant de pare-brise a investi 25 millions d'euros dans une nouvelle ligne de production. Mise en service en février dernier, après un an de travaux, elle a été inaugurée ce lundi après-midi sur le site industriel de Potaschbierg/Grevenmacher.

Cette «Laminating Line 5» ne vient pas contribuer à l'augmentation des volumes - la capacité est de 1,4 million de pare-brise et 1,2 million de vitres arrière - mais plutôt permettre de réaliser des produits adaptés à des technologies avancées, comme l'affichage tête haute intégrée au pare-brise. « Les acheteurs de l'industrie automobile se montrent toujours plus exigeants en termes de qualité d'optique, de réalisations ''sur mesure'' et de forme et de qualité des pare-brise», justifie Carlex Luxembourg, membre du groupe japonais Central Glass, qui a repris les sites de production de verre automobile de l'américain Guardian en 2014.

Fabrication assurée en continue

La nouvelle unité de 3 400 m² vient ainsi suppléer les anciennes chaînes de production datant de 1992, qui ne répondent plus à ces exigences de plus en plus pointues. Elle utilise une nouvelle technique de fabrication, dite «External Press Bending», qui offre des gains en coûts de production car elle utilise moins d'énergie et réduit les rebuts.

Sur le site de 50 000 m², la fabrication des pare-brise est assurée en continue, toute l'année, par une équipe de 530 employés. Ils sont livrés aux usines de clients européens tels que Audi, BMW, Volkswagen, Mercedes, Porsche, Bentley, Rolls-Royce, Jaguar, Skoda ou Peugeot, pour équiper leurs véhicules premium.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Ton opinion