Défi pour une association – 320 km à pieds nus sans nourriture vers Paris

Publié

Défi pour une association320 km à pieds nus sans nourriture vers Paris

BOUILLON - Un homme originaire de la province de Luxembourg a réussi un pari fou: rejoindre Paris depuis Bouillon à pieds nus, sans eau et sans nourriture pour une association.

Olivier, heureux, au terme de son exploit aux pieds de la Tour Eiffel, à Paris.

Olivier, heureux, au terme de son exploit aux pieds de la Tour Eiffel, à Paris.

Facebook

C'était un défi complètement fou et Olivier Simon l'a brillamment relevé au profit de l'ASBL «Les Elfes», un service résidentiel pouvant accueillir, à Libramont, en province de Luxembourg, 35 personnes atteintes de déficience mentale sévère ou profonde. Du 19 au 25 juillet, ce maçon originaire de Paliseul, a rejoint Paris à pieds nus, sans nourriture et sans eau.

Après six jours de marche sous un soleil de plomb, Olivier a bouclé, non sans difficulté, les 320 km séparant le château de Bouillon à la Tour Eiffel, à Paris. À travers les bois et les champs, Olivier s'est orienté grâce à une boussole sans emprunter les voies traditionnelles qui traversent la Wallonie, le Grand Est et l'Île de France. Sérieusement ralenti dans sa course par le manque d'eau, l'incroyable marcheur a même dû «boire son urine», a-t-il confié dans une vidéo partagée sur la page Facebook de son exploit.

Des tee-shirts pour l'association

Parti sans la moindre nourriture, le Paliseulois a également avoué à la presse belge qu'il avait dû «manger un pigeon, des escargots, des limaces et des plantes comestibles» pour tenir le coup jusqu'à la Ville Lumière où, dans une proche banlieue, à Meaux, il a malheureusement été agressé et volé par une bande de sept personnes mal intentionnées.

Ces déboires n'ont pas eu raison de sa détermination et il a bel et bien regagné Paris, au bout d'un périple complètement incroyable. Pour couronner le tout et tenter de rapporter un maximum de bénéfice à l'association qu'il supportait, cet aventurier a vendu des tee-shirts au prix de 15 euros.

(fl/L'essentiel)

Ton opinion