Mobilité au Luxembourg – 39% des enfants vont à l'école en voiture

Publié

Mobilité au Luxembourg39% des enfants vont à l'école en voiture

LUXEMBOURG - Les premiers résultats de l'étude sur la mobilité sont publics. La voiture reste omniprésente, utilisée pour 69% des déplacements.

La voiture reste omniprésente, même pour emmener les enfants à l'école.

La voiture reste omniprésente, même pour emmener les enfants à l'école.

Editpress/Isabella Finzi

«Le transport scolaire pose beaucoup de problèmes pour la mobilité», soupire Josée Lorsché, présidente de la commission parlementaire du Développement durable. Les députés ont pris connaissance ce jeudi matin des premiers résultats de l'enquête «Luxmobil» sur la mobilité, présentée dans la foulée par le ministre des Infrastructures François Bausch (Déi Gréng). Quelque 40 000 résidents et 45 000 frontaliers ont répondu aux questions.

Il en ressort que la voiture reste le mode de transport le plus utilisé. Par exemple, pour les trajets domicile-travail, 73% des usagers préfèrent encore utiliser leur voiture personnelle, plutôt que le transports publics (19%). Elle est aussi majoritaire pour aller à l'école. Ainsi, 39% des élèves sont emmenés à l'école en voiture, contre 38% qui y vont en transports publics. Une proportion qui vaut aussi bien pour les écoliers du fondamental que pour les lycéens et qui pose des problèmes de circulation, notamment aux heures de pointes du matin.

Horaires scolaires à décaler?

«Le plus gros point noir se situe à 7h. Les gens emmènent leurs enfants pendant que d'autres vont travailler», pointe Josée Lorsché. Le problème est moins critique sur le chemin du retour, l'après-midi et le soir. Quoi qu'il en soit, «il faut renforcer les transports scolaires», martèle la députée. Le ministre en charge du dossier, François Bausch, préconise lui un «réel changement de mentalité chez les parents», qui irait de pair avec l'augmentation de l'offre de transports publics et la construction de pistes cyclables et pédestres. Le ministre aimerait aussi des réflexions sur un éventuel décalage des horaires scolaires, pour délester les heures de pointe.

Les résultats de l'étude, qui ne sont pas encore tous connus, doivent servir de base de travail en vue d'un vaste débat de consultation, en avril prochain à la Chambre des députés. C'est également à cette occasion que sera élaborée une «stratégie du ministère pour un développement durable».

(JW/JG/L'essentiel)

Trois pointes journalières

L'étude montre que les déplacements au Luxembourg se répartissent sur trois pointes journalières. La plus importante se trouve le matin, avec 190 000 trajets. Le trafic est plus faible le midi et mieux réparti le soir, avec une pointe à «seulement» 150 000 trajets, mais les déplacements sont étalés sur un peu plus de temps.

Ton opinion