Féminisation des directions – 40% de femmes dans les CA à l'horizon 2019
Publié

Féminisation des directions40% de femmes dans les CA à l'horizon 2019

LUXEMBOURG - Des mesures vont être prises afin d'améliorer la représentation féminine à la tête des entreprises et en politique.

Lydia Mutsch avec Jean Lucius, patron d'Enovos (à d.), l'une des entreprises qui devront respecter les quotas.

Lydia Mutsch avec Jean Lucius, patron d'Enovos (à d.), l'une des entreprises qui devront respecter les quotas.

Editpress

Coup d'accélérateur. Lydia Mutsch, la ministre de l'Égalité des chances, présentera avant les vacances d'été un plan de bataille destiné à l'amélioration de la représentation féminine dans l'entreprise, ainsi qu'en politique. L'objectif affiché est ambitieux. Il projette, à l'horizon 2019, la présence de 40% de femmes au sein des conseils d'administration du secteur public et des entreprises dans lesquelles l'État détient des participations. Même seuil attendu pour les listes de candidats aux prochaines élections législatives, en 2018.

Le Luxembourg part de loin. Une étude européenne sur la parité lui attribue la note de 14,7 sur 100 dans le domaine des prises de décisions. Actuellement, 19% de femmes siègent dans les CA des entreprises publiques. Elles étaient 14% en 2011. La proportion retombe à 10% dans les entreprises avec participation étatique. «L'État, dans ces entreprises, n'est pas seul décisionnaire dans la désignation des membres du CA, il nous faudra donc engager une démarche collective et solidaire», avance Lydia Mutsch. Pour parvenir à ses fins, le ministère n'écarte aucune piste. Pas même celle de «l'adaptation ou de la modification du cadre législatif» pour contraindre les partis à se conformer au cap des 40% de candidates aux élections.

Pierre Théobald

Ton opinion