Alimentation en Europe – 45% des aliments contiennent des pesticides

Publié

Alimentation en Europe45% des aliments contiennent des pesticides

Des résidus de pesticides sont présents dans près de la moitié des denrées consommées en Europe, mais pour la plupart dans les limites légales.

Des résidus de pesticides sont présents dans près de la moitié des aliments européens.

Des résidus de pesticides sont présents dans près de la moitié des aliments européens.

AFP

Rendant compte d'analyses menées en 2013 pour contrôler la présence de 685 pesticides sur 81 000 échantillons de fruits et légumes, aliments transformés et vins, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) conclut que 45% de l'alimentation européenne contient des résidus de pesticides.

Des résidus de plusieurs pesticides étaient présents dans 27,3% des échantillons, tandis que les produits biologiques ne sont pas épargnés, avec 15% des échantillons analysés contenant des résidus, et 0,8% au delà des limites légales, selon l'Efsa. Les fraises, suivies des pêches, pommes et laitues, sont les plus chargées en résidus. Les fraises et laitues arrivent aussi en tête en matière de violation des limites légales, avec respectivement 2,5% et 2,3% des échantillons testés.

Sans effet sur la santé?

Seul 1,5% des échantillons «dépassait nettement les limites légales», affirme cependant l'Efsa, avec une nette différenciation entre les produits issus de pays tiers, où ce pourcentage atteignait 5,7%, et ceux provenant de l'UE, où il se situait à 1,4%. La part de produits dépassant les limites légales était en recul par rapport à la dernière mesure réalisée par l'Efsa, en 2010. Pour l'agence, il est «improbable que la présence de résidus de pesticides dans les aliments ait un effet à long terme sur la santé des consommateurs». Sur le court terme, le risque pour les citoyens européens d'être exposés à des concentrations nocives de résidus par le biais de leur alimentation est aussi considérée comme «faible».

«Cette affirmation est clairement erronée et non scientifique», a objecté dans un communiqué l'ONG PAN (Réseau pesticides action Europe). L'ONG reproche à l'Efsa de ne pas user «de bonnes méthodes pour évaluer la toxicité» des pesticides, en particulier les effets de l'exposition cumulée et durable à ces substances, et dénonce des seuils légaux trop élevés.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion