En Algérie: 49 condamnations à mort pour ceux qui ont lynché un homme à tort

Publié

En Algérie49 condamnations à mort pour ceux qui ont lynché un homme à tort

Un tribunal algérien a condamné à mort, jeudi, 49 personnes pour le lynchage en 2021 en Kabylie d'un homme accusé à tort de pyromanie. Mais ces peines seront transformées en prison à vie.

Un tribunal algérien a condamné à mort, jeudi, 49 personnes pour le lynchage en 2021 en Kabylie d'un homme accusé à tort de pyromanie, mais ces peines seront transformées de facto en prison à vie en raison d'un moratoire sur les exécutions. Les accusés ont été reconnus coupables du lynchage de Djamel Bensmaïl, un artiste de Miliana (120 km à l'ouest d'Alger) qui s'était porté volontaire dans le village de Larbaa Nath Irathen, dans la préfecture de Tizi Ouzou (nord-est), pour aider à éteindre les feux de forêt qui avaient fait 90 morts en moins d'une semaine en août 2021.

Si la peine de mort est bien prévue par le code pénal en Algérie, elle n'est plus appliquée en vertu d'un moratoire en vigueur depuis 1993. Les accusés, qui comparaissaient devant le tribunal de Dar El Beida, dans la banlieue est d'Alger, étaient poursuivis notamment pour «actes terroristes et subversifs contre l'Etat et l'unité nationale» et «homicide volontaire avec préméditation», selon l'accusation.

Vingt-huit autre accusés poursuivis dans le cadre de cette affaire ont été condamnés à des peines allant de deux à dix ans de prison et 17 ont été acquittés.

Les images sur les réseaux sociaux

Le tribunal a, en outre, condamné par contumace le chef du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) --classé comme organisation «terroriste» par les autorités algériennes-- Ferhat Mehenni à la perpétuité pour des chefs d'accusation liés au meurtre de Djamel Bensmail, selon l'agence officielle APS. Quatre coaccusés, en fuite, dont l'adjoint de M. Mehenni, Brahim Balabès, ont écopé de la même peine.

Les autorités algériennes avaient accusé le mouvement séparatiste d'être responsable des incendies et de la mort ignominieuse du jeune homme. Certains des suspects arrêtés avaient confessé appartenir au MAK, selon des aveux filmés et diffusés par les télévisions algériennes. Après avoir entendu qu'on le soupçonnait d'avoir allumé le feu à la forêt, Djamel Bensmaïl, qui était âgé de 38 ans, s'était rendu à la police. Des images relayées par les réseaux sociaux avaient montré la foule entourant le fourgon de police et extirpant l'homme du véhicule après l'avoir frappé.

Ces vidéos montrent le lynchage de Djamel Bensmaïl, brûlé vif et dépouillé de ses objets personnels, notamment son téléphone portable.

(AFP)

Ton opinion

2 commentaires