Faits divers au Luxembourg – 60 cambrioleurs arrêtés depuis le début de l'année

Publié

Faits divers au Luxembourg60 cambrioleurs arrêtés depuis le début de l'année

LUXEMBOURG - Même si le nombre de cambriolages est pour l'heure moins élevé qu'en 2015 et 2014, la police a mis la main sur «une soixantaine» de cambrioleurs en 2016.

Les cambriolages et tentatives ont généralement lieu pour deux tiers dans des habitations et le reste dans des commerces, bureaux ou restaurants.

Les cambriolages et tentatives ont généralement lieu pour deux tiers dans des habitations et le reste dans des commerces, bureaux ou restaurants.

Editpress/François Aussems

Le week-end dernier, la police grand-ducale a recensé une vingtaine de cambriolages à travers le pays. Des appartements et maisons à Luxembourg-Ville, à Mersch ou encore un commerce à Dudelange ont été visités. À Eschdorf, deux individus munis de lampes torches ont été aperçus en train de roder autour des habitations. «L'automne et l'hiver sont des périodes propices, la nuit tombe vite», explique un porte-parole de la police qui en appelle à la vigilance de chacun.

«Prévenir ses voisins lorsque l'on s'absente, éviter que la maison reste déserte trop longtemps, vider la boîte aux lettres... ça semble évident mais il faut le faire pour limiter les tentations», ajoutent les forces de l'ordre qui invitent également les habitants à ne pas tout dire «sur les réseaux sociaux».

Un groupe d'enquête spécial

Car la police veille et a accentué son dispositif depuis 2014, une année malheureusement «record» avec un total de 4 368 cambriolages. Les patrouilles tournent davantage et «un groupe mixte de lutte contre les cambriolages, qui centralise et analyse les données», a été mis en place pour accélérer les enquêtes. Ainsi, depuis le début de l'année 2016, «une soixantaine de cambrioleurs ont été arrêtés» au Luxembourg.

Une année 2016 dont les statistiques devraient d'ailleurs être meilleures. En date du 31 octobre, la police a comptabilisé environ 2 500 cambriolages et tentatives à travers le pays, deux tiers dans des habitations et le reste dans des commerces, bureaux ou restaurants. «C'est 15% de moins que sur la même période en 2015», ajoute le porte-parole de la police. Et nettement moins qu'en 2014 donc, pour l'instant. Mais le risque zéro n'existe pas, surtout au moment des fêtes de fin d'année.

(NC/L'essentiel)

Ton opinion