Intempéries en France – 650 naufragés de la route bloqués sur l'A10

Publié

Intempéries en France650 naufragés de la route bloqués sur l'A10

Les pluies diluviennes de mardi dans la région d'Orléans ont placé plusieurs centaines d'automobilistes dans une situation dramatique.

People stuck in traffic walk along the A10 highway on May 31, 2016 in Saran, flooded due to heavy rainfall.
The Loiret department is under red flood alert and France's weather agency Meteo France maintained today 18 departments are under orange alert. / AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT

People stuck in traffic walk along the A10 highway on May 31, 2016 in Saran, flooded due to heavy rainfall.
The Loiret department is under red flood alert and France's weather agency Meteo France maintained today 18 departments are under orange alert. / AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT

AFP/Guillaume Souvant

La coupure mardi en début de matinée de l'autoroute A 10, depuis le péage de St-Arnoult-en-Yvelines en direction d'Orléans, a entraîné le blocage de plusieurs centaines d'automobilistes dans le département du Loiret, placé en vigilance rouge inondation.

Selon le préfet, «650 personnes que l'on peut qualifier de naufragés de la route» ont ainsi été bloquées. «150 (de ces personnes) ont souhaité repartir par leurs propres moyens et 500 ont été prises en charge par les militaires. Elles ont été conduites dans deux centres d'accueil, à Orléans et Saran (dans l'agglomération orléanaise)», a-t-il ajouté.

200 personnes transportées en camion militaire

«Contrairement à la majorité des automobilistes bloqués en amont et en aval du secteur inondé, ces personnes n'ont pas pu faire l'objet d'une évacuation par demi-tour sur l'autoroute car elles se situaient dans des zones inaccessibles aux véhicules d'intervention conventionnels», a indiqué Vinci autoroute, dans un communiqué.

Environ 200 personnes ont ainsi été transportées en camion militaire, à Orléans, où la municipalité a installé un centre d'accueil dans le Palais des sports. Quelque 200 autres étaient attendues dans la nuit.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion