Fléau au Luxembourg – 80% des permis retirés le sont à cause de l'alcool

Publié

Fléau au Luxembourg80% des permis retirés le sont à cause de l'alcool

LUXEMBOURG - Jusqu'à 1 400 permis sont retirés chaque année sur nos routes à cause de l'alcool, plus de 80% du total. Un fléau malgré campagnes et répression.

«Un accident sur cinq est lié à l’alcool», rappelle la police.

«Un accident sur cinq est lié à l’alcool», rappelle la police.

Editpress/Hervé Montaigu

«Ivre, il double la police», «Ivre, il percute une voiture en stationnement», «Ivre, il fait une sieste au volant au milieu de la route»... ces titres, vous les avez sans doute lus dans L'essentiel, notamment chaque week-end ou presque. Certaines situations insolites pourraient prêter à sourire si le fond du problème n'était pas si grave. Au Luxembourg comme ailleurs, l'alcool au volant est un fléau qui a la vie dure.

L'an passé encore, 80% des permis de conduire retirés sur nos routes l'ont été à cause de l'alcool. «Environ 1 120 permis de conduire retirés sur un total de 1 390», détaille la police pour L'essentiel. Un nombre d'autant plus inquiétant que l'année 2020 a été celle du Covid, des confinements, des routes désengorgées et des bars longtemps fermés. Pourtant, la différence avec les années précédentes n'est pas significative.

«Un accident sur cinq lié à l'alcool»

En 2019, 1 480 permis de conduire avaient été retirés sur l'année pour alcoolémie au volant, sur un total de 1 730 (85,6%) après 243 contrôles et 24 450 personnes contrôlées. 11,3% des permis retirés concernaient la vitesse. En 2018, les chiffres sont quasiment identiques, 1 411 permis retirés pour alcoolémie sur 1 743 en tout (81%). Il n'y a pas d'aggravation, donc, mais pas de mieux non plus. Plus de trois permis retirés pour alcool au volant chaque jour en moyenne, c'est un taux important pour un pays comme le Luxembourg, qui compte aujourd'hui environ 430 300 véhicules en circulation.

«Un accident sur cinq est lié à l'alcool. Cela reste notre préoccupation», glisse-t-on du côté de la police, qui met en place des contrôles spécifiques, notamment une campagne spéciale en marge du carnaval. Depuis vingt ans, grâce à la Sécurité routière, «Raoul, celui qui conduit ne boit pas», fait aussi partie du paysage et de la sensibilisation, surtout des plus jeunes. On se souvient aussi de cette campagne du gouvernement, en 2019: «Alcool sur le lieu de travail? J'ai dit non».

La répression renforce aussi la sensibilisation. Rappelons qu'au Luxembourg, un automobiliste est sanctionné dès qu'il est contrôlé avec au moins 0,25 mg d'alcool par litre d'air expiré. Il risque alors 145 euros d'amende et deux points en moins. Entre 0,35 mg/l et 0,55 mg/l, l'amende peut atteindre jusqu'à 500 euros et quatre points en moins. Au-delà de 0,55 mg/l, le permis est immédiatement retiré et une peine de prison peut être prononcée.

(Nicolas Chauty/L'essentiel)

Ton opinion