SIDA – 94 nouveaux porteurs du VIH au Luxembourg

Publié

SIDA94 nouveaux porteurs du VIH au Luxembourg

LUXEMBOURG - En 2015 au Luxembourg, près d'une centaine de nouveaux cas d'infection au virus VIH ont été déclarés. Des chiffres en très légère baisse.

Le comité de surveillance du SIDA espère que le Luxembourg adoptera une attitude similaire à la France en autorisant un projet encadré de médication.

Le comité de surveillance du SIDA espère que le Luxembourg adoptera une attitude similaire à la France en autorisant un projet encadré de médication.

Les services de santé luxembourgeois ont dénombré «94 nouvelles entrées dans la cohorte luxembourgeoise» de porteurs du virus en 2015, dont 57 patients qui n’étaient pas diagnostiqués dans un autre pays auparavant. Des chiffres en très légère baisse (-3) mais qui ne sont pas bons, selon le rapport 2016 du comité de surveillance du SIDA, alors même que le rapport de l’ONU indique une réduction de 35% des nouvelles infections en 15 ans et une diminution de 42% des décès depuis 2004. Au Luxembourg, 7 patients sont morts des suites d’une infections au VIH l’année dernière. Un triste bilan qui stagne légèrement ces vingt dernières années dans le pays.

Depuis 2013, le Luxembourg constate une augmentation conséquente du nombre de nouveaux cas parmi les usagers de drogues, avec 19 et 20 entrées en 2014 et 2015. « Ces patients ont tous consommé de la cocaine en plus de l'héroïne», précise le rapport. Cette recrudescence pourrait s’expliquer par un nombre plus important d’injections journalières par des consommateurs qui passent de l'heroine vers la cocaine.

Baisse des cas dans les rapports homosexuels masculins

Seul point optimiste dans le rapport, «on retient pour la première fois depuis des années une réduction sensible dans le groupe des hommes ayant du sexe avec des hommes». Les infections dues à un rapport homosexuel sont en nette baisse avec 28 nouveaux cas, tandis que les rapports hétérosexuelles représentent 36 nouveaux cas. Enfin, globalement au Luxembourg en 2015, ce sont les hommes qui sont les plus concernés avec 67 cas (+4), devant les femmes (27, -7).

«Nous sommes proches des objectifs à atteindre pour 2030 au Luxembourg, notamment au niveau du dépistage, mais il reste des efforts à faire au niveau de la mise sous traitement pour atteindre la stratégie 90-90-90 et être en adéquation avec les recommendations européennes». Le but est ainsi de dépister 90% des personnes porteuses du virus, 90% parmi celles qui sont testées positivement doivent être mises sous traitement et enfin 90% des personnes traitées «doivent rester adhérentes et atteindre une charge virale indétectable.» Selon les statistiques, en 2014, le Luxembourg s'approche de ce ratio.

Le rapport espère également que le Luxembourg adoptera très rapidement une position similaire à la France, qui avait autorisé temporairement le Truvada et annoncé un remboursement possible sous des conditions bien précises.

(JV/L'essentiel)

Ton opinion