JO 2020 – A 12 ans, cette Syrienne est la plus jeune des Jeux

Publié

JO 2020À 12 ans, cette Syrienne est la plus jeune des Jeux

La joueuse de tennis de table, Hend Zaza, est un prodige qui espère redonner un peu d’espoir à son pays déchiré par la guerre.

La Syrienne Hend Zaza (12 ans) est la plus jeune athlètes des JO de Tokyo.

La Syrienne Hend Zaza (12 ans) est la plus jeune athlètes des JO de Tokyo.

AFP

À tout juste 12 ans, Hend Zaza sera la plus jeune sportive à participer aux Jeux olympiques de Tokyo, un rêve de gosse pour la jeune Syrienne qui, raquette de tennis de table en main, aura la lourde tâche de redonner un peu d’espoir à une Syrie déchirée par la guerre. Du jour au lendemain, la jeune fille est devenue la sportive la plus connue en Syrie après sa victoire aux Championnats d’Asie de tennis de table.

Au Japon, six sportifs syriens, cinq hommes et une femme, ont fait le déplacement. Outre Hend Zaza, la délégation est formée de Majd Eddin Ghazal (athlétisme/hauteur), Maan Asaad (haltérophilie), Ahmad Hamcho (équitation/saut d’obstacles), Ayman Kelzieh (natation) et Mohamad Maso (triathlon). La jeune Syrienne affrontera samedi, lors du tour préliminaire en simple dames, une Autrichienne de 39 ans, Liu Jia.

Physique et intuition

C’est Adham Jamaan qui a découvert le talent de la jeune fille en 2014. Comme elle aimait passer du temps avec sa famille, surtout avec son frère Obeida, ex-champion national dans la catégorie des juniors, Zaza va s’inspirer de lui, jusqu’à attirer l’attention du coach Jamaan. «Elle avait entre cinq et six ans en 2014 lorsque j’ai observé son entraînement dans une salle à Hama (centre de la Syrie) avec son frère Obeida. J’ai fait attention à son physique, son dynamisme, et son intuition. Son talent est inné», raconte son désormais ancien entraîneur.

«Hend fait preuve d’intelligence, de pugnacité, de sérieux et d’ambition pour la victoire, et sa formation a débuté de manière correcte avec un entraînement quotidien dans la salle de Hama», a-t-il ajouté. Sept mois plus tard, elle se classait deuxième des championnats syriens juniors, en 2015, à l’âge de six ans. Dès lors, Hend Zaza n’a cessé de briller. A neuf ans, elle domine le championnat syrien et les championnats d’Asie de l’Ouest des moins de 12 ans. En 2018, elle remporte le championnat féminin de Syrie.

Père ancien footballeur

«La guerre nous a tous affectés, et l’entraînement se faisait dans des conditions difficiles, avec des coupures de courant dans la salle où nous étions coincés pendant des heures, sans oublier les difficultés pour obtenir des visas afin de participer à des compétitions à l’étranger», souligne Jamaan. Malgré toutes les contraintes, Zaza, originaire de Qassioun, a continué à améliorer ses performances. «J’avais confiance en ma chance de gagner aux championnats d’Asie de l’Ouest en Jordanie, et j’étais heureuse, dit-elle. Je rêve d’être championne du monde et championne olympique, mais également de poursuivre mes études et de devenir pharmacienne.»

Son père, un ancien footballeur, lui a assuré des cours particuliers lorsqu’elle ratait l’école en raison de ses engagements sportifs. Son ancien entraîneur reste toutefois réaliste quant à ses résultats aux JO de Tokyo. «Nous avons déjà établi un plan pour Hend il y a cinq ans, et (...) il s’agissait de se comporter honorablement aux JO de Tokyo, puis de remporter une médaille en 2024 aux JO de Paris», détaille-t-il.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion