Covid au Luxembourg – A contrecoeur, les boîtes de nuit retournent dormir

Publié

Covid au LuxembourgÀ contrecœur, les boîtes de nuit retournent dormir

LUXEMBOURG - Une certaine lassitude s’installe chez les patrons de boîtes de nuit, qui ont encore dû fermer.

Les clubs ont à nouveau été contraints de fermer à cause de la situation sanitaire.

Les clubs ont à nouveau été contraints de fermer à cause de la situation sanitaire.

Vincent Lescaut

«Quand on a entendu que le gouvernement allait annoncer de nouvelles restrictions sanitaires aussi vite, on a su que c’était pour nous, relate Megane Solin, du Lenox Club, dans le quartier de la Gare, à Luxembourg. Les pays alentour ont fermé leurs boîtes de nuit, il n’y avait aucune raison que cela ne nous arrive pas également».

Les boîtes de nuit, qui avaient rouvert le 18 juin après une période d’hibernation de près d’un an et demi à cause du Covid, ont de nouveau dû éteindre les lumières samedi, pour une durée indéterminée.

«Psychologiquement, cela commence à être un peu lourd»

L’humeur est à la résignation. «Pour vendredi, on ne s’est même pas posé la question. On n’a pas passé de commande de boissons pendant la semaine, on avait vu venir l’annonce de la fermeture de loin», commente avec dépit Dany Crovisier, le gérant du Melusina, à Clausen, dans la capitale. «Il a fallu annuler des artistes, on avait des soirées déjà prévues. Psychologiquement, cela commence à être un peu lourd», souligne Megane Solin.

«C’est clair qu’il y a un sentiment de lassitude, car on constate que ce sont toujours les mêmes qui ferment, renchérit Charles Schroeder, président de Luxembourg Event Association. Mais ce sont des lieux où les gens se retrouvent avec un contact étroit. Face à ce nouveau variant, le gouvernement a eu raison de prendre de telles mesures, admet-il. Les boîtes de nuit ne pourront plus fonctionner, mais pourront avoir les aides de l’État, on doit l’accepter».

(L'essentiel/ sg & mm)

Ton opinion