Événement au Luxembourg: À fond les ballons dans leurs caisses à savon

Publié

Événement au LuxembourgÀ fond les ballons dans leurs caisses à savon

DIFFERDANGE – La 16e édition de la célèbre course de caisses à savon de Differdange s’est déroulée dimanche après-midi. L'essentiel y était.

par
Jean-François Colin
1 / 14

Vincent Lescaut

Vincent Lescaut

Vincent Lescaut

Un bolide bleu en forme de fusée dévalant à toute blinde la rue J. F. Kennedy, à Differdange. Puis un autre, végétalisé, couvert de pelouse. Puis un troisième, orné de ballons jaunes. Drôle d’ambiance, ce dimanche après-midi, au cœur de la Cité de Fer, alors que s’ouvre la Semaine européenne de la mobilité. Pas question cependant de mécaniques pétaradantes et polluantes, mais de simples caisses à savon pilotées par des jeunes de 8 à 15 ans.

Pour sa 16e édition, l’événement n’a recueilli cette année qu’une dizaine d’inscriptions, contre, bon an, mal an, 30-35 les années précédentes. Une défection que Roberto Traversini, président de la Jugendtrëff Differdange, organisateur, attribue à «un manque de publicité organisée par la commune». Peu de participants aux trois épreuves – le slalom, la ligne droite et le duel, un contre un, donc, mais énormément de monde massé le long du parcours, de chaque côté de la route. «On doit atteindre les 300 à 400 spectateurs», relève Vlady, éducateur à la Jugendtrëff Differdange.

«Je m’émerveille de voir l’imagination»

Spectateur attentif et enthousiaste, Zelito, 42 ans, occupe une place de choix, sur la ligne d’arrivée. «C’est la quatrième ou cinquième fois que je viens. C’est vraiment sympa, et bien fait pour les familles. En plus, le soleil est de la partie! C’est chouette pour Differdange, et je m’émerveille de voir l’imagination de ceux qui ont fabriqué les véhicules», sourit-il tout en applaudissant frénétiquement à l’arrivée d’un concurrent. Pour David, venu d’Athus, en Belgique avec Evan (4 ans et demi), c’est une grande première. «C’est cool de lui montrer cela, car il ne connaissait pas». Venus en voisins, et donc habitués de la chose, Alan, 10 ans, et Lana, 8 ans observent timidement le spectacle, mais «n’envisagent pas de piloter de tels engins». «Ils ont un peu peur», confirme, Sako, le papa.

Côté pilotes, Vladu, 12 ans, est un néophyte. «Je suis de Differdange, mais je n’avais encore jamais participé» à cette course réservée aux plus de 8 ans. «Je suis fan de pilotage, et ma spécialité est le slalom», disait-il, l’air déterminé, sur l’aire de départ, en haut de la rue JF Kennedy. Jana (12 ans), lui, se la joue «vieil habitué» pour sa cinquième participation. «J’espère gagner», lâche-t-il sans ambages, conseillé au départ et débriefé à l’arrivée par un pote. Moins de joie sur le visage de Branden, 12 ans lui aussi, qui a dû renoncer la mort dans l’âme à piloter son splendide engin en forme de souris. «Il y a un souci technique», confirme son entourage, «il est trop grand pour entrer dans l’habitacle».

Tous, public, participants, vainqueurs ou pas, déçus ou non, se sont retrouvés en fin d’après-midi sur la place du Marché pour la remise des prix et, d’ores et déjà, se fixer rendez-vous à l’année prochaine. Pour une 17e édition encore plus… à fond la caisse !

Ton opinion

5 commentaires