Dialogue au Luxembourg: À la tripartite, les négociations s’enlisent

Publié

Dialogue au LuxembourgÀ la tripartite, les négociations s’enlisent

SENNINGEN – Aucun accord n’était trouvé mardi entre les partenaires sociaux, malgré une nouvelle session de discussions. Celles-ci reprendront en fin de journée.

par
Joseph Gaulier
Les partenaires sociaux n'ont pas encore trouvé d'accord.

Les partenaires sociaux n'ont pas encore trouvé d'accord.

SIP/Jean-Christophe Verhagen

Toujours pas de fumée blanche à Senningen. Alors que l’espoir d’un accord était évoqué par certains lundi soir, rien n’avait abouti mardi en milieu de journée à la tripartite, au moment où le dialogue a été interrompu. Le gouvernement, les syndicats et le patronat avaient repris les négociations peu avant 10h, avec l’objectif de conclure rapidement. Il n’en a rien été et les partenaires sociaux vont se revoir en fin de journée, après un temps pour analyser les propositions formulées.

Les participants tentent de trouver un accord global permettant à la population et aux entreprises de faire face à la forte inflation, qui devrait atteindre 6,6% cette année. «Ce sont toujours les prix de l’énergie et l’indexation des salaires» qui occupent les débats, confirme Nora Back, présidente de l’OGBL, sans entrer dans le détail des propositions. Les autres participants n’ont pas voulu réagir au moment de l’interruption des négociations.

Mardi soir ou la semaine prochaine

Une limitation des prix de l’énergie, sur le modèle du bouclier tarifaire en France, fait l’objet de débats, mais les seuils restent à fixer. Les propositions des différents acteurs sont pour le moment jugées insuffisantes ou inacceptables par les autres. Concernant l’index, le sujet est d’autant plus brûlant que le Statec prévoit jusqu’à quatre tranches indiciaires d’ici fin 2023, en plus de celle de juillet 2022 reportée à avril 2023.

Mardi soir, les participants pourraient constater l’échec de la tripartite, dans le contexte d’explosion des prix de l’énergie. Le Premier ministre Xavier Bettel avait jugé lundi soir qu’il serait «irresponsable de ne pas trouver d’accord». Le dialogue ne pourrait pas reprendre avant jeudi prochain, puisque le chef du gouvernement s’envole mercredi pour New York puis pour le Japon, avant de rentrer mercredi de la semaine prochaine. Les partenaires sociaux espèrent toujours trouver une solution avant son départ.

63 commentaires