Internet – A peine fermé, Megaupload réapparaît
Publié

InternetÀ peine fermé, Megaupload réapparaît

Les pirates d'Anonymous annoncent que le site d'échange de fichiers Megaupload fermé jeudi par les autorités américaines réapparaît déjà ailleurs sur le web.

«Nous n'avons plus de nom pour l'instant. Uniquement cette adresse IP http://109.236.83.66. La référence web d'échange de fichiers informatiques Megaupload n'a pas traîné avant de lancer sa riposte. Soutenu par des artistes tels Will.i.am, P Diddy, Snoop Dogg, Chris Brown et surtout par les pirates d'Anonymous qui communiquent cette nouvelle adresse IP, Megaupload ne compte pas baisser les bras si facilement.

Vendredi matin, ce nouveau site n'était toutefois pas encore fonctionnel. Par contre, détail piquant, même dans la tourmente, le site place déjà de la publicité sur sa nouvelle page d'accueil. Une attitude qui laisse dubitatif certains internautes.

Responsables arrêtés

La fermeture du site Megaupload.com, plate-forme emblématique et controversée du téléchargement direct sur Internet, a été ordonné par la justice américaine jeudi. Le site est accusé de violation des droits d'auteur, s'attirant aussitôt une cyberattaque des pirates d'Anonymous.

Quatre responsables du site basé à Hong Kong, dont son fondateur, Kim Dotcom, 37 ans, ont été interpellés à Auckland (Nouvelle-Zélande) sur la base de mandats d'arrêt délivrés par les États-Unis.

Violation de droits d'auteur

Le FBI (police fédérale américaine) et le ministère de la Justice américain ont estimé, dans un communiqué commun, qu'il s'agissait de l'une des plus «grandes affaires de violation de droits d'auteur jamais traitées aux États-Unis».

Le site Megaupload.com, qui était inaccessible jeudi soir depuis les États-Unis, permettait d'héberger des fichiers et de les partager sur Internet. Dans les faits, il offrait des milliers de films, séries, émissions de télévision ou chansons en libre accès, par téléchargement direct ou streaming.

L'essentiel Online avec man et AFP

Représailles et réjouissances

La fermeture du site a été suivie de représailles du collectif de pirates Anonymous, qui a annoncé sur Twitter avoir mis hors service les sites du FBI, du ministère de la Justice américaine, de la maison de disque Universal Music et de l'association professionnelle du disque RIAA. Ces quatre sites étaient inaccessibles jeudi soir.

La fermeture de Megaupload.com a en revanche été saluée par Nicolas Sarkozy. Le chef de l'État français a souligné «que la lutte contre les sites de téléchargement direct ou de streaming illégaux, qui fondent leur modèle commercial sur le piratage des œuvres, constitue une impérieuse nécessité pour la préservation de la diversité culturelle et le renouvellement de la création».

Ton opinion