Au Luxembourg – A plus de 1 500, «genou à terre» contre le racisme

Publié

Au LuxembourgÀ plus de 1 500, «genou à terre» contre le racisme

LUXEMBOURG - La manifestation contre les violences policières et le racisme a largement mobilisé dans la capitale, vendredi. Récit et témoignages.

C’est l’écho d’une vidéo insoutenable qui retentit à plus de 7 000 km de Minneapolis. Vendredi, plus d’un millier de personnes (1 500 selon la police) se sont réunies devant l’ambassade américaine au Luxembourg pour dénoncer le racisme et les violences policières, suite au décès de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans mort asphyxié par un policier blanc, le 25 mai dernier.

Beaucoup de jeunes, des lycéens, des Afro-américains, des Luxembourgeois et des résidents de toutes origines, tous ont bravé la pluie pour crier leur colère à coup de slogans: «Blacks lives matter» (La vie des noirs compte), «I can’t breathe» (Je ne peux pas respirer), «Racism is a pandemic too» (Le racisme aussi est une pandémie), «We still have a dream» (Nous avons toujours un rêve).

«Luxembourg multiculturel»

Alors que les discours s'enchaînent en anglais, en français mais également en portugais, les manifestants posent régulièrement un genou à terre, reprenant le geste du footballeur américain Colin Kaepernick, comme pour symboliser leur résistance aux violences policières. En plus de faire entendre leur voix, ils diffusent dans les mégaphones celles de Beyoncé, Kendrick Lamar ou encore 2Pac à travers leurs morceaux les plus engagés.

Les protestations sont vigoureuses mais totalement pacifiques, et les discours prononcés en appellent à la résistance civique contre «un racisme systématique», comme l'explique Itopa, 33 ans, germano-nigérian venu spécialement de Trèves, pour participer à la manifestation. «Le Luxembourg est un pays multiculturel avec beaucoup de personnes africaines d'origine. C'est positif de voir autant de monde se rassembler pour une même cause».

«Si ça ne bouge pas aux États-Unis, ça ne bouge pas ici»

Un discours fédérateur partagé par Daniel, 22 ans, originaire d'Ettelbruck. Bien que né au Luxembourg, lui aussi a déjà subi le racisme. «C'est une somme de petites choses. Cela va des regards méfiants au refus d'entrée dans les boîtes de nuit».

Pour lui, c'est évident, la caisse de résonance des manifestations aux États-Unis ouvre le débat dans le monde entier: «C'est un peu la capitale du monde. Si ça ne bouge pas chez eux, ça ne bouge pas ici».

«Montrons que le Luxembourg ne dort pas»

«Il est important que notre voix soit entendue, comme à New York, Los Angeles, Paris ou Berlin. Montrons que le Luxembourg ne dort pas», scande une militante. Comme elle, de nombreux Afro-américains qui résident au Grand-Duché ont pris part à la manifestation, n'hésitant pas à prendre la parole pour témoigner de leur histoire.

«À vrai dire, j'aimerais être là-bas pour manifester avec ma famille et mes amis. Je ressens leur peine, même si je suis loin. Mais cela me réjouit de voir autant de gens rassemblés pour notre cause. Beaucoup de personnes font l'effort de comprendre notre douleur, et c'est le plus important», explique Vanessa, expatriée américaine au Luxembourg, depuis 3 ans.

«Un mouvement qui n'a jamais existé au Luxembourg»

Organisée par l'association antiraciste Lëtz Rise Up, la manifestation constitue un succès retentissant pour les responsables de l'ASBL. Une belle occasion pour Sandrine Gashonga, sa présidente, d'appeler à un antiracisme actif au sein de la société. Et pas seulement durant cette période particulière: «Nous devons interroger notre société et affronter ces problèmes ancrés. Je m'adresse aussi aux personnes blanches: ne venez pas simplement manifester un vendredi. Mais demandez-vous ce que vous faites tous les jours pour lutter contre le racisme», a-t-elle lancé, tout en saluant «un mouvement qui n'a jamais existé au Luxembourg».

Alors que la foule se dispersait vers 16h, d'autres manifestants restaient sur place devant une ambassade américaine silencieuse, les volets fermés. Une manière de signifier que la lutte n'est pas près de s'arrêter...

(Thomas Holzer/L'essentiel)

L'ambassadeur réagit

L'ambassadeur américain au Luxembourg, J. Randolph Evans, a réagi, par le biais d'un communiqué. «Je vous ai entendu et je vous remercie pour votre manifestation pacifique afin que d'autres puissent vous entendre également. En tant qu'Américains, nous devons continuer, et continuons nos efforts individuellement et en tant que nation pour travailler vers une union plus parfaite, remplissant les engagements sacrés que nous avons pris les uns envers les autres dans notre constitution, pleinement et complètement».

La police n'est pas intervenue

La police grand-ducale a salué une manifestation pacifique et «sans incident». Elle souligne que les règles liées au Covid, notamment le port du masque, ont été «largement respectées» et que ses agents n'ont, du coup, pas eu besoin d'intervenir.

1 / 34
05.06 Des milliers de personnes ont manifesté devant l'ambassade américaine à Luxembourg.

05.06 Des milliers de personnes ont manifesté devant l'ambassade américaine à Luxembourg.

Serge Deuces
Serge Deuces
Serge Deuces

Ton opinion