Publié

Covid-19À quelle distance des gens est-on protégé du virus?

1 mètre, 2 mètres, voire plus de 8 mètres, à quelle distance une personne peut potentiellement contaminer une autre? Les avis divergent.

La distanciation sociale est difficile à respecter dans les soirées.

La distanciation sociale est difficile à respecter dans les soirées.

À l'heure du déconfinement et du retour des interactions sociales, nombreuses sont les questions qui nous taraudent: dois-je porter un masque en toutes circonstances? Une personne peut-elle me contaminer en me parlant? Quelle distance dois-je maintenir pour être protégé?

Le fait que le Luxembourg oblige chacun à porter un masque ou une «protection buccale», là où une distance de 2 mètres ne peut pas être observée, apporte un premier indice. Mais cela ne signifie pas pour autant une protection garantie lorsque l'on se retrouve à cette distance de son interlocuteur.

Et pour cause, la plupart des études scientifiques effectuées sur la dispersion des gouttelettes sont anciennes, voire obsolètes. Il est en outre acquis qu'un échange de parole produit environ 50 gouttelettes par seconde. Dans ce contexte, les pays fixent des cadres plus ou moins stricts sur le sujet: 2 mètres au Luxembourg donc, 1,5 mètre en Allemagne ou encore en Belgique, 1,8 mètre aux États-Unis. L'OMS avait pour sa part recommandé une distanciation sociale d'un mètre simplement.

Des gouttelettes à plus de 8 mètres

En réalité, personne ne sait réellement à quelle distance le risque de contamination s'approche de zéro. Mais la récente propagation de l'épidémie a pu donner quelques indices. D'après les médecins, les gouttelettes principalement responsables de la transmission du virus tombent au sol au bout de 2 mètres et ont donc peu de chance d'atteindre le visage d'une personne présente au delà de cette distance.

Dans le cas contraire, la propagation de l'épidémie aurait été encore plus rapide et importante. Un constat que ne partagent pas les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology. Selon eux, les gouttelettes expulsées lors d'un éternuement ou d'une toux peuvent se déplacer jusqu'à 8,2 mètres à une vitesse potentielle de 110 km/h.

Autant de points de vue divergents qui contribuent à la très difficile évaluation de l'efficacité du port du masque lors d'un échange plus ou moins rapproché. Le casse-tête devrait donc continuer un certain temps pour les personnes qui hésitent à retrouver une vie sociale...

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion