Eddy Merckx – «Abandonner sur le Tour, pas bon pour le cyclisme»

Publié

Eddy Merckx«Abandonner sur le Tour, pas bon pour le cyclisme»

Le grand champion belge s’insurge après la décision de Mathieu van der Poel d’abréger sa Grande Boucle pour se concentrer sur sa préparation pour les Jeux à VTT.

Eddy Merckx n’est pas satisfait du comportement de van der Poel.

Eddy Merckx n’est pas satisfait du comportement de van der Poel.

AFP/Instagram

On ne l’appelait pas le «Cannibale» pour rien. Interrogé par Sporza, Eddy Merckx s’est dit incrédule par rapport à la décision programmée de l’abandon de Mathieu van der Poel sur le Tour de France. Le jeune prodige néerlandais a en effet mis la flèche à droite afin de lui permettre de se préparer spécifiquement pour les Jeux olympiques de Tokyo qui auront lieu, faut-il le rappeler, du 23 juillet au 8 août.

Maillot jaune pendant six jours après sa victoire à Mûr-de-Bretagne, le Néerlandais Mathieu van der Poel a jeté l’éponge dimanche avant la 9e étape entre Cluses et Tignes pour changer de plateau et se consacrer désormais à son VTT, avec lequel il va se rendre au Japon afin de réaliser son grand objectif de l’été: une médaille d’or… Cette décision est tolérée dans le milieu par certains observateurs, mais regrettée par d’autres. Et visiblement, Eddy Merckx fait partie de la deuxième catégorie. Le grand champion belge, quintuple vainqueur de la Grande Boucle, a vivement déploré le choix du petit-fils de Raymond Poulidor.

«Moi je n’aurais pas pu faire cela, lance le «Cannibale», âgé de 76 ans aujourd’hui. Quand tu commences une course par étapes, ce n’est pas pour abandonner. Il aurait dû préparer les Jeux olympiques d’une autre manière. Mais abandonner sur le Tour, ce n’est pas bon pour le cyclisme. Van der Poel lui-même demande un calendrier aussi chargé. Personne ne l’oblige à faire tout cela. Le Tour de France est la plus grande course cycliste de l’année, je trouve que c’est dommage».

«Moi j'ai gagné dans toutes les configurations»

Le grand Eddy Merckx a tout de même félicité «MVDP» pour les exploits de la première semaine. «Ce qu’il a fait à Mûr-de-Bretagne était magnifique, estime-t-il. Arracher les bonifications sur le premier passage et la victoire sur le deuxième, il fallait être vraiment fort». Et de confier au magazine néerlandais cette petite anecdote: «Je suis allé manger une fois avec Mathieu van der Poel et son grand-père Poulidor. Poupou était convaincu que Mathieu pouvait gagner le Tour. Malheureusement, je ne pense pas que ce soit possible».

En outre, le Belge a commenté le retour en grâce du sprinteur britannique Mark Cavendish, qui n’est plus qu’à une victoire d’étapes de son record sur le Tour (34 succès). «S’il s’en rapproche, c’est qu’il le mérite, glisse-t-il. Bien sûr, toutes ses victoires sont sur des sprints massifs. Moi j’ai gagné 34 étapes dans toutes les configurations, y compris en montagne. Mais Cavendish est un garçon fantastique et jovial. Il est ressuscité. Pour être honnête, je ne croyais plus à son retour. Des miracles peuvent parfois se produire en cyclisme. Et je pense que c’est un miracle». Un miracle, comme si un jour Mathieu van der Poel ramenait le maillot jaune à Paris…

(L'essentiel/Christian Maillard)

Ton opinion