Fusillade à Bruxelles – Abdeslam va être fixé sur son sort ce lundi

Publié

Fusillade à BruxellesAbdeslam va être fixé sur son sort ce lundi

Le djihadiste français va connaître ce lundi le verdict concernant sa participation à une fusillade avec la police, 3 jours avant son arrestation. Il risque 20 ans de prison.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles rend lundi son jugement à l'encontre du jihadiste français Salah Abdeslam, qui risque 20 ans de prison pour sa participation à une fusillade avec la police, trois jours avant son arrestation en mars 2016 dans la capitale belge. C'est la première fois qu'un tribunal statue sur le sort du seul membre encore en vie des commandos jihadistes qui ont attaqué Paris le 13 novembre 2015, faisant 130 morts.

Cela se passera en son absence. Salah Abdeslam, incarcéré en région parisienne depuis deux ans, ne devrait pas être extrait de cellule pour la lecture du jugement, prévue à partir de 8h45. Et sauf surprise, son complice présumé dans la fusillade, Sofiane Ayari, jihadiste tunisien de 24 ans, sera également absent, selon Luc Hennart, président du tribunal de première instance francophone de Bruxelles.

Il « place sa confiance en Allah et c'est tout»

Lors du procès début février, où les deux prévenus répondaient notamment de «tentative d'assassinat sur plusieurs policiers dans un contexte terroriste», aucun d'eux n'avait voulu s'expliquer sur les faits. Et Salah Abdeslam avait assumé, pour sa première apparition publique depuis son arrestation, un profil d'islamiste convaincu en défiant la justice dès l'ouverture des débats. Ce Français d'origine marocaine de 28 ans, ancien petit délinquant de la commune bruxelloise de Molenbeek, avait refusé de répondre aux questions, affirmant «placer sa confiance en Allah et c'est tout». Il n'était pas revenu le second jour, laissant Ayari seul face aux juges.

Le 15 mars 2016, c'est lors d'une perquisition de routine dans un logement supposé vide - dans le cadre de l'enquête sur le 13 novembre -, que des policiers belges et français avaient été visés par des tirs d'armes automatiques rue du Dries à Forest, autre commune de Bruxelles. Quatre d'entre eux avaient été blessés, et un jihadiste algérien de 35 ans tué fusil en mains en couvrant la fuite d'Ayari et d'Abdeslam - dont les enquêteurs retrouveront rapidement une empreinte ADN sur les lieux. Ce raid policier avait précipité la fin de la cavale de celui qui était alors l'homme le plus recherché d'Europe. Abdeslam avait été arrêté le 18 mars à Molenbeek avec Ayari.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion