Plan social – ABN Amro veut tailler dans les effectifs

Publié

Plan socialABN Amro veut tailler dans les effectifs

LUXEMBOURG - La banque néerlandaise ABN Amro négocie dès mardi un plan social pour 25 à 30 salariés installés au Kirchberg.

La première réunion de négociations du plan social est programmée pour mardi après-midi.

La première réunion de négociations du plan social est programmée pour mardi après-midi.

Vendredi, la direction de la banque ABN Amro au Kirchberg informait l’Association luxembourgeoise des employés de banque et assurance (ALEBA) d’un plan social. Lundi, elle rendait l’information publique. Ce plan concernerait 25 à 30 personnes dans tous les services. Soit un cinquième des effectifs qui comptent 153 collaborateurs. La première réunion de négociations du plan social est programmée pour ce mardi après-midi.

Lundi, le président de l’ALEBA, Marc Glesener, a confirmé les velléités de la banque néerlandaise de dégraisser. Il se montre dubitatif quant au bien-fondé de ce plan social. «Certains points sont à clarifier. Et nous ne sommes pas du tout convaincus que ce plan social ait une raison d’être», a-t-il confié.

Au moins trois motifs invoqués par ABN Amro posent question à l’ALEBA. «La banque oppose le ratio revenus/dépenses du personnel qui baisse. Mais il reste positif. C’est donc un point sur lequel nous serons attentifs», poursuit Marc Glesener.
Par ailleurs, la banque néerlandaise invoque l’informatisation de procédés aujourd’hui réalisés manuellement. «Il s’agit d’échéances à plusieurs mois. La question étant: ces dates sont-elles fiables?».

Enfin, ABN Amro prétexte l’échange automatique des données pour réduire son personnel. Malgré ce plan destiné clairement à améliorer les performances de la banque, ABN Amro dit restée «entièrement engagée à maintenir sa présence au Luxembourg, qui est une entité importante».

(Patrick Théry)

Ton opinion