Insolite / Urbex – «Acrew» explore le Luxembourg «sans limites»
Publié

Insolite / Urbex«Acrew» explore le Luxembourg «sans limites»

LUXEMBOURG - Un groupe de jeunes Luxembourgeois fait un carton sur les réseaux sociaux avec de récentes vidéos d'exploration urbaine. Ils se confient à «L'essentiel».

Découvrir des lieux interdits motive ces jeunes Luxembourgeois.

Découvrir des lieux interdits motive ces jeunes Luxembourgeois.

Instagram

Des toits d'immeubles très imposants au Kirchberg, l'intérieur du Pont Rouge ou encore des casemates très difficiles d'accès. Rien ne semble résister à ce groupe de jeunes Luxembourgeois qui médiatisent leurs explorations via les réseaux sociaux. En moins de 24 heures, une séquence intitulée «Illegale Luxembourg Catacombs» a été visionnée plus de 18 000 fois sur TikTok. Et force est de constater sur Instagram qu'ils n'en sont pas à leur coup d'essai, depuis début novembre 2021.

«On ne sait jamais à quoi s'attendre et on est toujours très excités et curieux de voir sur quoi on va tomber», nous explique un des membres du collectif «Acrew» qui préfère garder l'anonymat «pour ne pas avoir de problèmes». «Certains d'entre nous ne racontent pas tout à leurs parents, mais moi, personnellement, je préfère être transparent. Ils sont au courant de ce que je fais et ils restent en contact avec moi par SMS lors d'une exploration. Ils me disent de faire attention. J'ai l'impression de savoir où sont mes limites et j'ai conscience de faire des choses qui ne sont pas autorisées».

«D'autres projets dans les cartons»

Si la police grand-ducale tombe sur ces amateurs d'exploration urbaine (urbex), «rien ne se passe généralement, s'ils constatent que vous ne prenez que des images», nous avait confié un amateur du genre. «Si le propriétaire des lieux n'a pas pris les précautions nécessaires pour empêcher quiconque d'entrer, la police ne peut en principe intervenir qu’en cas de dégradations ou autres infractions, et invite donc les personnes à quitter les lieux».

«Généralement, on est équipés avec des lampes de poche, des cordes, des couteaux et de bons vêtements», détaille le membre de «Acrew». «Si on se trouve dans un endroit où la police peut intervenir, on s'équipe légèrement. Avec presque rien ou pas grand-chose pour pouvoir s'enfuir au cas où. Globalement, on est à la recherche de "lost places". On reçoit beaucoup de messages sur les réseaux. On nous demande où nous nous sommes rendus pour nos images, on comprend cette curiosité, mais on ne peut pas tout dévoiler à tout le monde... On a d'autres projets dans les cartons, mais ça prend toujours un peu de temps pour trouver les bons endroits impressionnants».

(Frédéric Lambert / L’essentiel)

Ton opinion