Meurtre mystérieux en Lorraine – Affaire Haderer: la famille fait appel du non-lieu

Publié

Meurtre mystérieux en LorraineAffaire Haderer: la famille fait appel du non-lieu

METZ - La justice a rendu un non-lieu dans le meurtre de Nelly Haderer, tuée en 1987 près de Nancy, resté non résolu après l'acquittement du suspect Jacques Maire, en 2008.

Jacques Maire avait été définitivement acquitté du meurtre de Nelly Haderer par la cour d'assises de Moselle, à Metz, lors d'un troisième procès en octobre 2008.

Jacques Maire avait été définitivement acquitté du meurtre de Nelly Haderer par la cour d'assises de Moselle, à Metz, lors d'un troisième procès en octobre 2008.

AFP/Jean-christophe Verhaegen

Le juge d'instruction nancéien en charge du dossier a rendu une ordonnance de non-lieu au début de l'été, a indiqué Me Pierre-André Babel, avocat de la mère et des frères et sœur de Nelly Haderer, confirmant une information de l'Est Républicain. Mais le conseil de l'ex-compagnon de la victime, Me Hélène Strohman, a fait appel, et la chambre de l'instruction statuera le 12 octobre.

Les juges pourront soit considérer que les investigations doivent être poursuivies, et ainsi casser l'ordonnance de non-lieu, soit la confirmer. Peu avant la clôture de l'instruction, Me Babel avait demandé de nouvelles auditions dans ce dossier, après que des témoins ont affirmé que M. Maire et Mme Haderer se connaissaient, mais elles lui avaient été refusées.

«Il reste important que la vérité puisse être établie»

Nelly Haderer avait été tuée de deux coups de carabine 22 LR et son corps avait été retrouvé, découpé, dans une décharge proche de Nancy le 31 janvier 1987. Après un premier non-lieu, l'affaire avait été relancée dix ans plus tard, en 1997, avec la mise en examen de Jacques Maire, déjà mis en cause dans la disparition en 1983 d'une autre jeune femme, Odile Busset, 20 ans.

Jacques Maire a d'abord été condamné à 15 ans de réclusion pour l'enlèvement d'Odile Busset et acquitté du meurtre de Nelly Haderer en 2004, avant d'être condamné à 20 ans de réclusion dans ces deux affaires en 2006. Mais ce verdict a été annulé par la Cour de cassation en raison d'un vice de forme: Jacques Maire avait alors bénéficié d'un troisième procès en octobre 2008 devant la cour d'assises de Moselle, à Metz, au terme duquel il avait été définitivement acquitté des deux meurtres.

S'il ne peut désormais plus être condamné pour cette affaire, «il reste important que la vérité puisse être établie», a souligné Me Babel. «Pour que la famille ait une réponse. Il est acquitté juridiquement, mais c'est dans l'intérêt des victimes d'avoir la vérité, et dans celle de Jacques Maire de se défendre», a ajouté l'avocat.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion