Blocage – Air France sous la menace d'une grève
Publié

BlocageAir France sous la menace d'une grève

Les syndicats d'hôtesses et de stewards d'Air France Unsa et FO-SNPNC brandissent toujours la menace d'une grève de cinq jours, à compter de samedi.

Contexte difficile pour Air France et son nouveau patron Alexandre de Juniac qui doit faire face à une menace de grève du personnel navigant.

Contexte difficile pour Air France et son nouveau patron Alexandre de Juniac qui doit faire face à une menace de grève du personnel navigant.

AFP

Un troisième syndicat, l'Unac a en revanche accepté mardi les dernières propositions de la direction sur les compositions d'équipages. «Nous avons obtenu un accord sur nos principaux points de revendications», écrit l'Unac dans un communiqué dans lequel le syndicat annonce lever son appel à la grève du 29 octobre au 2 novembre. Les délégués de l'Unac (26% des voix aux élections professionnelles) soulignent toutefois que «le travail reste grand pour renouer le fil du dialogue et de la confiance entre les personnels et la direction».

Les deux autres syndicats représentatifs chez le personnel navigant commercial (15 000 salariés) - Unsa et FO/SNPNC - ont déposé séparément leur préavis pour la même période de cinq jours, période des vacances scolaires de la Toussaint. «La composition des équipages à bord de certains vols, c'est le point d'achoppement majeur», a expliqué à Stéphane Chausson, délégué Unsa, ajoutant: «Le ton se durcit car on a tout mis en œuvre pour éviter le conflit mais la direction ne nous entend pas». Le représentant de l'Unsa (22%) faisait ce commentaire mardi matin, après une ultime réunion de près de dix heures lundi.

Contexte difficile pour Air France

Outre la composition des équipages, la question de l'évaluation des hôtesses et stewards par leur chef de cabine est aussi un sujet de friction. La direction a accepté la semaine dernière de suspendre ce projet et d'engager des discussions. Un pas en arrière qui suffit à l'Unac, mais pas à l'Unsa et au SNPNC qui exige le retrait définitif de cette procédure. Stéphane Chausson (Unsa) affirme: «Nous ne sommes pas des va-t-en-guerre, la dernière grosse grève de PNC remonte d'ailleurs à 2007, mais le ton se durcit car la direction de nous entend pas».

Les relations tendues entre les syndicats d'hôtesses et stewards et la direction s'inscrivent dans un contexte difficile pour Air France, confrontée à de mauvais résultats financiers et à un cours de bourse en chute libre (-55% depuis le début de l'année). L'un des défis du successeur de Pierre-Henri Gourgeon à la tête d'Air France, Alexandre de Juniac, sera de renouer la confiance du personnel naviguant tout en poursuivant les réductions de coûts, amorcées en 2010/2011 mais insuffisamment pour aligner la compétitivité de la compagnie sur ses rivales British Airways et Lufthansa.

L'essentiel Online/

(AFP)

Ton opinion