En Suisse – Alertés le soir, les secours arrivent... 13 heures après

Publié

En SuisseAlertés le soir, les secours arrivent... 13 heures après

Prévenue dans la soirée, par une amie, qu'une femme âgée restait injoignable, la centrale d'alarme de Genève a tardé à agir. Une patrouille s'est déplacée le lendemain matin.

«Le cas n'a pas été traité de manière adéquate, admet la police suisse.

«Le cas n'a pas été traité de manière adéquate, admet la police suisse.

Martial Trezzini

Faute d'effectif suffisant, impossible d'intervenir maintenant; recontactez-nous demain. C'est en substance ce qu'a indiqué la centrale d'urgence de la police de Genève à une femme, lundi en soirée. Celle-ci s'inquiétait que, depuis dimanche, une de ses amies relativement âgée ne répondait pas à ses appels téléphoniques. Mardi matin, elle a donc rappelé la centrale. Cette fois, une patrouille s'est rendue au domicile de sa copine, où cette dernière a été retrouvée mal en point et transportée à l'hôpital. Environ 13 heures ont passé entre le premier appel et l'intervention.

«Le cas n'a pas été traité de manière adéquate, admet la police. Même si un appel est dirigé sur le canal non urgent, il doit prendre les informations et les transmettre, ce qui n'a pas été fait.» Il aurait aussi dû percevoir l'urgence potentielle de la situation qui lui a été décrite: «Lorsqu'il s'agit d'une personne âgée qui ne répond plus au téléphone depuis un certain temps, nous intervenons immédiatement, en collaboration avec les secours sanitaires».

Les faits ont été transmis à la hiérarchie directe du collaborateur. Le porte-parole de la police l'assure: «Nous allons tirer les conséquences de ce cas pour qu'il ne se reproduise plus».

(L'essentiel)

Ton opinion