Publié

Alexandra Oxacelay«Je lance un appel aux médecins qui veulent s'engager»

LUXEMBOURG – La directrice de l'ASBL Stëmm vun der Strooss, Alexandra Oxacelay, est l'invitée de la «Story» de L'essentiel Radio toute la semaine.

Philippe Reuter/Editpress

La séquence du 10 juin

La Kanner Stëmm, la dernière activité développée par l'ASBL Stëmm vun der Strooss, vise à offrir de l'aide aux familles et enfants victimes de maltraitance. «Il est important que des personnes qui ne savent pas à qui s'adresser, qui ne vont pas automatiquement chez un médecin, ou dans un hôpital, sachent vers quelle association aller», explique Alexandra Oxacelay, la directrice de l'ASBL.

En évoquant les bénévoles qui œuvrent pour l'association, Alexandra Oxacelay précise que les médecins sont les bénévoles les plus recherchés. «Je lance un appel. Si des médecins ont un peu de temps à donner, s'il ont envie de s’engager. Pour nous aider, il suffit qu’ils viennent une fois par semaine, une ou deux heures pour donner accès aux soins à des personnes défavorisées», a-t-elle lancé.

La séquence de 9 juin

Santé, logement et besoins de première nécessité, le champ d’action de l’ASBL, Stëmm vun der Strooss, est très large, comme l’explique sa directrice Alexandra Oxacelay. L’accès à la santé pour les personnes défavorisées est un enjeu majeur pour l’ASBL, qui apporte son aide à environ 1 000 personnes.

«Quand j’ai commencé, on voulait créer un service pour offrir des soins médicaux gratuits. Une ambulance sortait, allait voir les sans-abris dans la rue et dans les squats, avec un médecin et un infirmier», explique-t-elle.

Depuis cette année, quatre associations, dont l’ASBL Stëmm vun der Strooss, disposent d’un budget dédié à la prise en charge des frais médicaux. Les bénéficiaires s’adressent à l’ASBL, qui leur délivre un bon qui stipule que les frais sont couverts par l’association, de sorte qu'ils n’avancent aucun frais.

«Un film que j'aime revoir et revoir»

La séquence du 8 juin

Qui sont les principaux bénéficiaires des actions de l'ASBL Stëmm vun der Strooss? «Des personnes défavorisées, qui ont des problèmes d'alcool ou de drogue, des anciens détenus, personnes sans papier, jeunes en difficulté», précise Alexandra Oxacelay.

La directrice de Stëmm vun der Strooss aimerait cependant que les actions de son ASBL puissent bénéficier à plus de monde. «Ce n’est pas suffisant, la pauvreté augmente, j’aimerais faire beaucoup plus, il y a besoin de faire plus. On a tellement d’argent au Luxembourg, qu’on pourrait faire plus. Il suffit qu’on le veuille».

L’ASBL peut compter sur le soutien du ministère de la Santé, un de ses plus fidèles partenaires, mais également les donateurs privés. «Quand on demande, on reçoit. Heureusement, les Luxembourgeois sont très généreux. Il faut qu’ils continuent parce qu’il y a un très grand besoin».

«Le premier concert auquel j'ai assisté, cela me fait penser à l'adolescence»

La séquence du 7 juin

Fondée en 1996, l’ASBL Stëmm vun der Strooss œuvre en faveur de l’intégration sociale et professionnelle des personnes défavorisées. L’ASBL, qui a embauché en 1997 son premier assistant social, emploie aujourd’hui 63 personnes, et a une capacité d’accueil annuelle de 4 900 personnes.

«C’est important qu’on soit là pour des personnes défavorisées. Au cours des deux dernières années, la pauvreté a drastiquement augmenté. On ne peut pas accueillir tout le monde, on a dû restreindre les entrées, les activités… Ceux qui en ont le plus pâti, ce sont les personnes défavorisées», insiste Alexandra Oxacelay.

«Cela me fait penser au film ''120 battements par minute'' que j'ai adoré»

Comment retrouver la «Story»?

(L'essentiel)

Ton opinion